Accueil COMMERCE Commerce électronique : Le Gabon cité en exemple

Commerce électronique : Le Gabon cité en exemple

DR.

La volonté politique des dirigeants gabonais sur le développement des TIC vient d’être saluée. C’était à la faveur d’un webinaire organisé conjointement le 12 décembre 2020, par le Centre africain des politiques commerciales (ATPC) de la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique (CEA) et le Bureau sous-régional de la Commission pour l’Afrique centrale, en collaboration avec la Commission de la Communauté économique des États de l’Afrique centrale (CEEAC).

Axé sur le thème: «Maximiser le commerce intra-africain dans le contexte de la ZLECAf: le rôle du commerce électronique et du secteur privé. », cette rencontre avait pour but de permettre aux pays africains, et singulièrement d’Afrique centrale de tirer meilleur profit de la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf), prévue entrée en service le 1er janvier 2021.

Après trois heures et demie d’échanges, les économistes, les spécialistes de la politique de l’économie numérique, les entrepreneurs et un éventail d’autres parties prenantes se sont accordés sur un fait : les Etats doivent mettre au point, des stratégies intelligentes pour le commerce électronique, sans lequel ils perdraient considérablement la promesse de la quatrième révolution industrielle – un scénario qui n’est tout simplement pas acceptable.

Selon la CEA, «Un peu plus de 18% des habitants de l’Afrique centrale ont accès à Internet à ce stade, ce qui est bien inférieur à la moyenne mondiale de 48,6%», a souligné Giuseppe D’Aronco, économiste des politiques des TIC au Bureau de l’Afrique centrale de la CEA, qui a également mis en exergue, les contraintes qui entravent le commerce électronique dans la sous-région.

Cependant, M. D’Aronco a noté une forte volonté politique de la part de certains États membres de la sous-région, comme le Gabon, avec un taux de pénétration général d’Internet de 50,32%. De plus, « 54% des Gabonais ont fait des achats en ligne en 2019, ce qui les place devant le Rwanda où 39% des citoyens ont effectué des transactions similaires. Dans le reste de la sous-région, ce chiffre est inférieur à 30% », a-t-il ajouté.

Pour inverser cette tendance, la CEA préconise cinq axes majeurs : augmenter la connectivité et la fiabilité de l’accès Internet, développer les systèmes de paiement numérique spécifiques à l’Afrique, promouvoir les investissements dans les services de commerce électronique et les start-ups, formuler et adopter des réglementations solides sur le commerce électronique, réparer la logistique qui accompagne le commerce électronique, comme la distribution du courrier et les systèmes de stockage de colis et les itinéraires de livraison et enfin, améliorer le climat des affaires dans les pays.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here