Accueil COMMERCE Le Cameroun ratifie l’accord sur la zone de libre-échange continentale africaine

Le Cameroun ratifie l’accord sur la zone de libre-échange continentale africaine

DR.

Le Cameroun a rejoint la liste des pays pour ratifier officiellement l’accord sur la zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf), un mois avant le début de la mise en œuvre de cet accord.

L’annonce a été faite ce 1er décembre 2020, par le commissaire au commerce de la Commission de l’Union africaine (CUA), Albert Muchanga. Le pays de Paul Biya devient ainsi le 33 ème pays à ratifier la ZLECAf. La décision du Cameroun intervient après celle du Lesotho et de la Tunisie qui ont soumis leurs instruments, le 27 novembre dernier. Il ne reste donc plus que 21 pays qui doivent répondre à l’appel de ce traité. Il s’agit du Bénin, du Botswana, du Burundi, du Cap-Vert, de la République centrafricaine, des Comores, de la République démocratique du Congo, de la Guinée-Bissau, du Libéria et de la Libye. Les autres sont Madagascar, le Malawi, le Maroc, le Mozambique, le Nigéria, les Seychelles, la Somalie, le Soudan du Sud, le Soudan, la Tanzanie et la Zambie.

Pour rappel, l’accord de lz ZLECAf est entré en vigueur le 30 mai 2019, après la ratification du traité par 22 pays – le nombre minimum requis en vertu du traité – sur les 54 qui ont accepté d’être membres du bloc. L’Érythrée est le seul pays qui n’a pas encore pris d’engagement envers l’organe continental.

Les échanges devaient auparavant commencer le 1er juillet de cette année, mais ils ont été reportés de six mois en raison de la pandémie Covid-19. La ZLECAf offre à l’Afrique la possibilité de créer la plus grande zone de libre-échange du monde avec le potentiel d’unir plus de 1,2 milliard de personnes dans un bloc économique de 2,5 billions de dollars et d’inaugurer une nouvelle ère de développement. Il a le potentiel de générer une gamme d’avantages en soutenant la création d’échanges, la transformation structurelle, l’emploi productif et la réduction de la pauvreté.

La CEA, par le biais de son Centre africain des politiques commerciales, a travaillé avec l’UA pour approfondir l’intégration commerciale de l’Afrique grâce à la mise en œuvre effective de l’accord en soutenant le processus de ratification de la ZLECAf grâce à un plaidoyer politique.

La CEA aide également les États membres à élaborer des stratégies nationales pour la mise en œuvre de la ZLECAf en partenariat avec la CUA, le Centre du commerce international (ITC), la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED) et une sélection d’experts indépendants du commerce le soutien financier de l’Union européenne (UE).

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here