Accueil DEVELOPPEMENT Gabon : Le ministre Vincent de Paul Massassa affirme la volonté du...

Gabon : Le ministre Vincent de Paul Massassa affirme la volonté du pays de soutenir toutes les décisions concourant à la stabilité du marché pétrolier

DR.

La 180eme réunion de la Conférence des ministres de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), s’est tenue le 30 novembre 2020. sous la présidence du ministre algérien de l’Energie, Abdelmadjid Attar.

Le ministre du Pétrole, du Gaz, des Hydrocarbures et des Mines, Vincent-de-Paul Massassa a représenté le Gabon, à cette conférence qui était essentiellement penchée sur l’examen de la situation du marché pétrolier international et ses perspectives d’évolution à court et moyen terme.

En effet, pour les 13 pays membres de l’Opep, il est question de trouver un compromis pour éviter une chute vertigineuse des prix consécutive à la 2e vague de Covid-19 que connait en ce moment l’Europe. La pandémie continue en effet d’affecter l’économie mondiale et le marché pétrolier. Aussi, la non poursuite des efforts consentis par l’Opep depuis sept mois, dans le cadre du plafonnement de la production, pourrait-elle constituer un risque pour la stabilité du marché pétrolier.

Il sied de rappeler qu’au mois d’avril dernier, au plus fort de la crise de la Covid-19, les pays de l’Opep avaient décidé de réduire leur production de 9,7 millions de barils par jour. Toute chose qui avait permis au prix du baril en chute vertigineuse (moins de 20 dollars) de remonter de façon substantielle (plus de 40 dollars). Et depuis, l’Opep s’efforce de maintenir cet équilibre en amenant ses membres à respecter l’accord de baisse de production signé en avril 2020.

Cette mesure a été assouplie depuis début août dernier en passant à une réduction de 7,7 millions de barils par jour qui devraient, selon les termes de l’accord, continuer jusqu’à fin décembre avant de passer à une baisse de 5,8 millions de barils par jour en début 2021.

Aujourd’hui, la majorité des membres de l’organisation penche pour une prolongation jusqu’à fin mars du plafonnement de la production à 7,7 millions de barils/jour même si les discussions sont bien loin d’être aisées. Elles devront d’ailleurs se poursuivre, avant la réunion élargie aux pays alliés de l’Opep+. Les pays de l’Opep devront alors convaincre leurs dix alliés non membres, parmi lesquels la Russie, de l’impératif de maintien de la baisse de production pour assurer la stabilité du marché pétrolier.

A l’occasion, le ministre Vincent de Paul Massassa a réaffirmé la volonté du pays de soutenir toutes les décisions concourant à la stabilité du marché pétrolier, sans bien entendu mettre en péril l’équilibre au sein du secteur sur le plan national.

Notons enfin qu’à l’occasion de cette 180e conférence, l’on a procédé à l’élection d’un nouveau président, le mandat du ministre algérien étant arrivé à terme. C’est le ministre du Pétrole angolais qui va assurer la présidence de la Conférence des ministres pour l’année 2021 et sera secondé dans ses missions par son homologue de la République du Congo.

Avec le ministère du Pétrole.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here