Accueil GOUVERNANCE Présidence de la CEEAC : Ali Bongo, le sentiment d’un devoir accompli

Présidence de la CEEAC : Ali Bongo, le sentiment d’un devoir accompli

Le chef de l’Etat gabonais, Ali Bongo Ondimba.

Les 18e session ordinaire de la Conférence des chefs d’Etat et de gouvernement de la Commission économique des États de l’Afrique centrale s’est tenue ce 27 novembre 2020, à Libreville (Gabon).

A l’occasion, le chef de l’Etat gabonais, Ali Bongo Ondimba, président en exercice sortant de cette Institution sous-régionale, a dressé le bilan des cinq de son magistère. Dans son adresse circonstancielle, il s’est réjoui de l’état des réformes initiées sous sa présidence. La réforme institutionnelle de la CEEAC, parait à cet égard; comme la plus emblématique.

Dans ce cadre, Ali Bongo s’est d’insatisfait du fait que l’ensemble des Etats membres ait adhéré à ce processus. « En effet, à ce jour, dix des onze Etats membres de notre Communauté ont ratifié le traité révisé. Le processus de ratification dudit Traité, est en voie d’achèvement pour le onzième Etat membre », a-t-il déclaré.  

Le chef de l’Etat gabonais a également indiqué que « Le traité révisé de CEEAC est entré en vigueur le 28 août 2020. Il a d’ores et déjà, fait l’objet d’un enregistrement auprès de l’Organisation des Nations Unies et de l’Union africaine, conformément à la pratique. Tandis que la Commission de la CEEAC a été mise en place et a pris ses fonctions depuis le 31 août 2020 ». De son avis, la forte adhésion à cette réforme institutionnelle et à ses acquis, devrait permettre d’envisager des perspectives heureuses quant au processus de mise en œuvre de l’intégration régionale.

DR.

A la faveur de cette dernière session sous la présidence en exercice de la République gabonaise, Ali Bongo s’est également réjouit de la qualité des travaux et de l’esprit consensuel qui a prévalu tout au long des délibérations. « Nombre de points inscrits à l’ordre du jour de cette XVIIIème Session de notre conférence, directement ou à travers le rapport du Conseil des ministres, nous ont en effet permis de parler d’une seule et même voix », a déclaré Ali Bongo Ondimba.

Avant de passer la charge de la présidence en exercice de la CEEAC à son homologue, Denis Sassou N’guesso, président de la République du Congo, le chef de l’Etat gabonais a réitéré l’importance accordée à la question de la rationalisation des Communautés économiques régionales.

A preuve , a-t-il poursuivi, « Au cours du Sommet extraordinaire sur la paix et la sécurité en République centrafricaine, tenu le 30 novembre 2016, ici même à Libreville, notre Conférence avait demandé « l’accélération du processus d’intégration de la CEMAC et de la CEPGL au sein de la CEEAC ». C’est pourquoi l’approfondissement de l’examen de cette question d’importance se pose avec autant plus de force, que la réforme de notre Communauté entre désormais dans sa phase opérationnelle ».

Au terme de la 18e session ordinaire de la Conférence des chefs d’Etat et de gouvernement, Ali Bongo  a dit toute sa confiance en l’avenir de l’organisation communautaire, ainsi qu’à sa capacité à relever, avec l’appui des peuples, les défis multiformes auxquels les Etats sont confrontés.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here