Accueil DEVELOPPEMENT Plusieurs bailleurs de fonds manifestent leur intérêt de financer les projets intégrateurs...

Plusieurs bailleurs de fonds manifestent leur intérêt de financer les projets intégrateurs de la CEMAC

DR.

A Paris, lors de la table ronde des bailleurs pour le financement des projets intégrateurs de la CEMAC, plusieurs bailleurs et partenaires ont manifesté leur intérêt de financement même si certains sont restés discrète sur les montants à engager.

Au cours de la session consacrée aux déclarations et annonces des partenaires, trois types d’annonces ont été faites : les financements acquis, les financements en cours de finalisation et les manifestations d’intérêt

Financements acquis

– Afriximbank qui s’est engagée à apporter un financement d’un montant d’un milliard d’euros portant sur les projets suivants : la construction d’un pont sur le fleuve Ntem (y compris raccordements routiers) et facilitation du transport, et de la sécurité routière sur la route transnationale Kribi-Campo-Bata reliant le Cameroun et la Guinée Equatoriale, la construction des tronçons manquants de la route Ndende-Dolisie du corridor Libreville-Brazzaville, la construction de la route Kogo-Akurenam (Sud-Est Guinée Equatoriale-Gabon), l’aménagement hydroélectrique de Chollet et des lignes électriques (Cameroun/Congo/Gabon/RCA), (v) Construction du port sec de Beloko (corridor Douala-Bangui), et la construction du port sec de Dolisie.

– La BDEAC s’est engagée à apporter un financement d’un montant global 471 millions euros portant sur les projets de la construction d’un pont sur le fleuve Ntem (y compris raccordements routiers) et facilitation du transport, la construction de la voie express Lolabe-Campo entre le Cameroun et la Guinée- Equatoriale, la construction des tronçons manquants de la route Ndende-Doussala- Dolisie du corridor Libreville-Brazzaville, la construction de la route Kogo-Akurenam (Sud-Est Guinée Equatoriale-Gabon), (v) Aménagement du corridor Brazzaville-Ouesso-N’Djamena et l’ interconnexion du réseau de fibre optique entre le Cameroun et les autres pays de la CEMAC.

– La Banque africaine de développement s’est engagée à apporter un financement d’un montant global un milliard d’euros, dont 470 millions d’euros déjà disponibles portant sur la construction d’un pont sur le fleuve Ntem (y compris raccordements routiers) et facilitation du transport, et de la sécurité routière sur la route transnationale Kribi-Campo-Bata reliant le Cameroun et la Guinée Equatoriale, la construction de la voie express Lolabe-Campo entre le Cameroun et la Guinée-Equatoriale, (iii) Construction des tronçons manquants de la route Ndende-Dolisie du corridor Libreville-Brazzaville et l’interconnexion des réseaux électriques Cameroun-Tchad.

– La Banque mondiale s’est quant à elle engagée à apporter un financement d’un montant global 385 millions de dollars déjà engagés pour les projets portant sur l’aménagement hydroélectrique de Chollet et des lignes électriques (Cameroun/Congo/Gabon/RCA) et l’interconnexion du réseau de fibre optique entre le Cameroun et les autres pays de la CEMAC.

– SX CAPITAL HOLDINGS s’est engagée à apporter un financement d’un montant global de 2 millions d’euros pour le projet de construction Université Inter-Etats (Cameroun Congo).

Financements en cours de finalisation

Certains bailleurs et partenaires ont indiqué les projets pour lesquels ils sont intéressés, notamment sur les axes 2 et 3, et ont sollicité des précisions complémentaires pour affiner leurs intentions. Il s’agit de : JMC PROJETCTS INDIA, STOA, Banque islamique de développement et OLAM.

Manifestations d’intérêt

D’autres bailleurs et partenaires ont manifesté leur intérêt de financement sans préciser les montants à engager. Ce sont par exemple la Chambre de commerce scandinave, le groupe SOGEA-SATOM, la Banque arabe pour le développement économique en Afrique (BADEA) et le groupe OLAM.

La Chambre de commerce scandinave a ainsi annoncé une mobilisation d’une ligne de crédit d’un milliard d’euros auprès des Fonds nordiques en faveur de la BDEAC pour le financement des projets et d’une prise de participation de 13% dans le capital de ladite institution. Pour garantir une meilleure efficacité des projets au bénéfice des populations, il a été rappelé la nécessité pour les Etats d’accélérer les réformes économiques et d’améliorer le climat des affaires.

En clair, le montant total des financements mobilisés à cette table ronde s’élève à 3,8 milliards d’euros. Le financement de 8 projets intégrateurs sur les 11 présentés est entièrement bouclé. Pour le suivi de la mobilisation des ressources et de la mise en œuvre des projets intégrateurs, il a été décidé la mise en place d’un Comité tripartite : Commission de la CEMAC, BDEAC et PREFCEMAC.

L’annonce des contributions des bailleurs et des investisseurs a été conclue par les remerciements de l’ambassadeur, représentant la République française, aux organisateurs pour avoir choisi la capitale française pour abriter la table ronde. Encourageant les Etats et la Commission de la CEMAC à poursuivre les efforts engagés pour rendre plus attractives et compétitives les différentes économies nationales, il a réitéré l’engagement de la France, dans la continuité de son soutien multiforme aux Etats membres et aux Institutions communautaires de la CEMAC, à les accompagner dans la mise en œuvre des réformes économique et l’intégration régionale visant la transformation structurelle de l’espace communautaire.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here