Accueil COOPÉRATION Zone Franc : La commission CEMAC préconise l’approfondissement de l’intégration physique et...

Zone Franc : La commission CEMAC préconise l’approfondissement de l’intégration physique et commerciale face au choc économique

DR.

Les ministres des Finances et les gouverneurs des Banques centrales et les premiers responsables des Communautés économiques régionales de l’Afrique centrale et de l’Ouest se sont réunis par visioconférence, ce lundi 2 novembre 2020.

Au cours de cette rencontre, le ministre français des Finances, Bruno Le Maire, a relevé les effets de la crise née de la pandémie du Covid-19 sur l’économie mondiale et dans son pays. De ce fait, il a rappelé que la France devrait connaitre une récession de 11% de son PNB cette année, avant- d’insister sur le fait que « la reprise sera partielle, incertaine et inégale selon les pays ».

M. Le Maire a, en outre profité de ce conclave, pour saluer les efforts qui ont été faits au niveau des Etats, à travers des mesures sanitaires et budgétaires adoptées par les différents gouvernements en réponse à la survenue du coronavirus. Il s’est également félicité de l’action vigoureuse de l’Agence française de développement (AFD), qui a su accompagner les pays de la zone franc en leur octroyant des financements.

Abordant l’aspect lié à la reprise de l’activité économique, Bruno Le Maire a affirmé que « C’est du secteur privé que viendra la reprise. Cette priorité donnée au secteur productif va être soutenue par la France qui va mettre 160 millions d’euros de garantie, pour accompagner les entreprises du continent », a-t-il ajouté.

Il s’est par ailleurs félicité de la suspension du service de la dette, obtenu en avril dernier, du Club de Paris. Cet évènement qu’il a qualifié « d’historique », devrait s’étendre à la Chine l’un des principaux bailleurs de fonds de l’Afrique. La prolongation de cette mesure jusqu’en 2021, a-t-il dit en sus, pourra être renouvelable.

De fait, il a encouragé les Etats à saisir le G20 pour que tous les créanciers participent à cette initiative. Pour finir, le ministre français a annoncé la tenue à Paris en mai 2021, d’une conférence internationale convoquée à l’initiative du président Emmanuel Macron, sur le thème du financement durable des économies africaines.

Intervenant à son tour, le président de la Commission de la CEMAC a commencé par lancer « un appel pour une solidarité internationale affirmée » à l’endroit du Cameroun, victime du terrorisme et dont les derniers évènements, notamment le drame de Kumba, ont profondément heurté les consciences. Puis, il a relevé que « l’évaluation de la situation économique a mis en exergue des projections macroéconomiques détériorées, conséquence de la Covid-19 et aussi de la chute des cours du pétrole au 1er semestre 2020 ».

Il a également mis en exergue, la stabilité monétaire et l’inflation maitrisée qui en découle, lesquelles ont permis aux pays de la CEMAC d’amortir le choc, il a noté que la récession serait de l’ordre de « 3,2% en 2020 et les perspectives de redressements en 2021 avec une croissance du PIB qui rebondirait à 3,4%, sous réserve que les effets d’une transmission de la seconde vague soient limités dans le temps et en ampleur ».

Après avoir présenté le plan sous-régional de riposte face au coronavirus et les mesures de politique économique et monétaire décidées par les instances et institutions régionales, le Pr Daniel Ona Ondo a souligné « l’urgente nécessité de la diversification des économies ». Pour lui, cela passe une fois de plus par l’approfondissement de l’intégration physique et commerciale en zone CEMAC.

Occasion de faire à nouveau le plaidoyer des 11 projets intégrateurs, qui constituent l’ossature du plan de relance régional post Covid-19. Pour finir, le Président de la CEMAC a salué les appuis avoisinant les 548 milliards de francs CFA en 2020, octroyés au titre des allègements et annulations de la dette par les bailleurs de fonds internationaux. Et de conclure : « La solidarité que nos pays attendent de nos partenaires doit pouvoir s’exprimer aussi sur le plan de leurs soutiens financiers. Aussi, nous appelons de tous nos vœux la mise en place des financements d’urgence du FMI pour la République du Congo et la Guinée-Equatoriale, tout en réitérant notre plaidoyer pour la prise en compte dans le cadre de cette initiative du G20, des pays de la CEMAC à revenu intermédiaire et non membres de l’IDA ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here