Accueil BANQUES - FINANCES La Cosumaf tire la sonnette d’alarme sur l’exercice des activités des crypto-monnaies...

La Cosumaf tire la sonnette d’alarme sur l’exercice des activités des crypto-monnaies dans l’espace CEMAC

DR.

La Commission de Surveillance du marché financier de l’Afrique centrale (Cosumaf) alerte le public sur les activités de crypto-actifs ou crypto-monnaie, dans l’espace de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC).

Selon le président de cette institution, Nagoum Yamassoum « cet exercice ne fait pas l’objet d’encadrement règlementaire. Par conséquent, aucun prestataire d’actifs numériques ne peut proposer de tels services. Par conséquent, il en appelle à la prudence du public sur la nature risquée de tels investissements, face à des offres de démarcheurs promettant des rendements élevés garantis ».

M. Yamassoum met enfin en garde, toute entité ou personne se livrant au démarchage du public en vue de réaliser des placements non règlementés. Et précise qu’il s’expose à des poursuites conformément aux dispositions légales et réglementaires en vigueur.

Pour rappel, un crypto-actif est un actif numérique utilisant un réseau informatique ainsi qu’une blockchain afin de pouvoir valider et effectuer des transactions entre deux, voire plusieurs entités. Ces actifs ne requièrent pas de « tiers de confiance », c’est-à-dire une institution qui vérifie les transactions et empêche toute sorte de fraude.

Lorsque qu’un virement bancaire est effectué entre deux personnes par exemple, les tiers de confiance sont les banques qui vérifient les soldes sur les comptes afin de pouvoir valider (ou non) puis effectuer la transaction. La nouveauté avec les crypto-actifs, c’est qu’il n’y a pas un tiers de confiance unique, l’entité qui valide les transactions étant le réseau informatique lui-même.

Ainsi, il n’y a plus aucune dépendance envers les établissements bancaires, ici seuls des ordinateurs sont garants du bon fonctionnement des crypto-actifs. Conséquences, le nombre d’arnaques ou escroqueries liées aux crypto-actifs est également aussi très important.

A titre d’exemple, en France, de janvier à fin août 2018, plus de 700 épargnants ont déclaré avoir été arnaqués via le Bitcoin. Ce nombre est susceptible d’être plus important, sachant que toutes les victimes ne déclarent pas forcément avoir subi une arnaque. Quant au montant de ces escroqueries, il  est estimé autour de 31 millions d’euros.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here