Accueil COMMERCE La CNUCED table sur un léger rebond du commerce mondial au troisième...

La CNUCED table sur un léger rebond du commerce mondial au troisième trimestre 2020, malgré des taux encore négatifs sauf pour la Chine (CNUCED)

DR.

La Conférence des Nations Unies pour le commerce et le développement (CNUCED) prévoit une baisse de 7 à 9 % du commerce mondial pour 2020, malgré des signes de rebond au troisième trimestre.

Dans sa publication trimestrielle Global Trade Update, la CNUCED estime que le commerce mondial sera inférieur d’environ 5% au troisième trimestre 2020 par rapport à la même période en 2019 – une amélioration par rapport à la baisse de 19% enregistrée au deuxième trimestre 2020, mais encore insuffisante pour sortir le commerce du rouge.

Selon les prévisions préliminaires, la croissance du quatrième trimestre 2020 devrait être inférieure de 3% par rapport à la même période en 2019. Mais ce chiffre est encore incertain en raison des inquiétudes quant à l’évolution de la pandémie de Covid-19 et à son impact sur l’activité économique dans les mois à venir.

Le rapport souligne la reprise notable des échanges commerciaux de la Chine. Les exportations du pays, après avoir chuté au cours des premiers mois de la pandémie, se sont stabilisées au deuxième trimestre 2020 et ont fortement rebondi au troisième trimestre, avec des taux de croissance de près de 10%. Contrairement aux autres grandes économies, les importations chinoises se sont stabilisées en juillet et août et ont augmenté de 13% en septembre.

Parmi les autres grandes tendances commerciales, on peut voir que les exportations des pays en développement se sont mieux comportées que celles des pays développés. La croissance annuelle des exportations des économies en développement s’est améliorée, passant de -18% au deuxième trimestre à -6% en juillet, tandis que celles des pays développés ont augmenté de -22% à -14%.

Aussi, aucune région n’a été épargnée par la chute du commerce international au deuxième trimestre 2020, mais la baisse la plus marquée a été enregistrée dans les régions d’Asie de l’Ouest et du Sud, où les importations ont chuté de 35% et les exportations de 41%. En juillet, la chute du commerce reste importante dans la plupart des régions, à l’exception de l’Asie de l’Est.

De plus, la valeur du commerce international dans les secteurs de l’énergie et de l’automobile reste nettement inférieure à ses niveaux de 2019. En revanche, l’augmentation de la demande d’équipements de bureau à domicile et d’équipements de protection individuelle a entraîné de forts taux de croissance du commerce dans les secteurs des équipements de communication, des machines de bureau et des textiles et vêtements.

Commerce de fournitures médicales de Covid-19

Le rapport accorde une attention particulière aux fournitures médicales contre la Covid-19, dont les équipements de protection individuelle, les désinfectants, les kits de diagnostic, les respirateurs à oxygène et autres équipements hospitaliers connexes.

Ainsi, le commerce de fournitures médicales contre la Covid-19 a augmenté en moyenne de plus de 50% depuis avril 2020, mais l’augmentation de ce commerce a surtout profité aux résidents des nations les plus riches.

Depuis le début de la pandémie, chaque résident des pays à revenu élevé a bénéficié en moyenne de 10 dollars supplémentaires par mois d’importations de produits liés à la Covid-19, contre seulement 1 dollar pour les personnes vivant dans les pays à revenu moyen et 0,10 dollar seulement pour celles des pays à faible revenu.

Dans l’ensemble, les importations par habitant de produits médicaux essentiels pour atténuer la pandémie ont été environ 100 fois plus élevées pour les pays à revenu élevé que pour les pays à faible revenu.

La CNUCED souligne que la différence d’accès à un éventuel vaccin contre la Covid-19 pour les habitants des pays riches et des pays pauvres pourrait être encore plus marquée que pour les fournitures médicales. Si certains pays à faible revenu ont la capacité de fabriquer localement certains équipements de protection, ce n’est peut-être pas le cas pour les vaccins, qui nécessitent des capacités de fabrication et de logistique plus importantes.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here