Accueil AGRO La France se mobilise pour les forêts d’Afrique centrale

La France se mobilise pour les forêts d’Afrique centrale

DR.

La mobilisation de l’Alliance pour la préservation des forêts tropicales est officiellement lancée.

Ce projet voulu par le président de la République française, Emmanuel Macron, et soutenu par de nombreux pays partenaires dont le Gabon, à la suite aux incendies catastrophiques de 2019 dans plusieurs régions du monde, doit conduire à protéger, gérer durablement et restaurer l’un des écosystèmes fondamentaux pour l’équilibre planétaire.

Au terme d’un processus de négociation engagé lors du sommet de Biarritz du G7 puis lors de l’Assemblée générale des Nations unies et animé par la France et ses partenaires, pays forestiers de l’Amazonie, du bassin du Congo et d’Asie du Sud-Est, et des pays bailleurs européens, se sont mis d’accord sur le texte d’une Charte portant création de l’Alliance pour la préservation des forêts tropicales. Le texte, remis au Secrétaire général des Nations unies à New York, est désormais ouvert à la signature des Etats qui souhaitent adhérer à l’Alliance.

Un engagement fort pour les forêts d’Afrique centrale

L’engagement de la France en faveur des forêts est particulièrement fort en Afrique, notamment dans le bassin du Congo. La France soutient la convergence des politiques forestières des pays de la région du bassin du Congo au travers de la Commission des forêts d’Afrique centrale (COMIFAC), et du Partenariat pour les forêts du bassin du Congo (PFBC) qui coordonne l’action des bailleurs, des ONG, des entreprises et des centres de recherche en soutien à la COMIFAC.

La France a également soutenu dès 2015 l’Initiative pour les forêts d’Afrique centrale (CAFI ou Central African Forest Initiative) et s’est associée à son financement pour un montant de 9,5 millions d’euros jusqu’en 2020. CAFI est une initiative multi-bailleurs qui réunit l’Allemagne, la France, la Norvège, les Pays-Bas, le Royaume-Uni, l’Union européenne, le Brésil et la Corée du Sud.

Elle porte sur six pays d’Afrique Centrale : la République Démocratique du Congo (RDC), le Gabon, la République du Congo, le Cameroun, la République centrafricaine, et la Guinée Équatoriale. L’initiative dispose d’un fonds avec un engagement de 497 milliards de dollars, d’ici 2023, géré dans le cadre d’un Multi-Partner Trust Fund (MPTF) des Nations unies.

Cette initiative cible toutes les causes de la déforestation et accompagne les réformes politiques nécessaires dans chacun de ces secteurs. Elle répond à des enjeux de : biodiversité pour le 2e bassin forestier tropical au monde, sécurité alimentaire car les communautés locales tirent leurs ressources des écosystèmes forestiers, gouvernance. Elle nourrit également des enjeux climatiques et de lutte contre la désertification puisque les forêts ont un impact sur la pluviométrie). Depuis le début de l’initiative, trois pays (RDC, Gabon et République du Congo) ont signé des lettres d’intention avec CAFI.

Pendant sa présidence (entre novembre 2017 et décembre 2019) la France s’est mobilisée à plusieurs niveaux, aussi bien politiques que techniques. Elle a également souhaité renforcer le multilatéralisme de l’initiative, qui est passée de deux bailleurs effectifs (la Norvège et la France) à cinq, faisant preuve de son développement. L’Agence française de développement (AFD) est également impliquée dans l’initiative CAFI, notamment en tant qu’agence d’exécution au Gabon et en RDC.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here