Accueil ECONOMIE Afrique centrale : La crise du Covid-19 impacte les Lois de finances...

Afrique centrale : La crise du Covid-19 impacte les Lois de finances rectificatives au Cameroun et au Gabon

DR.

Le Cameroun et le Gabon viennent d’adopter des Loi de finances rectificative (LFR) pour prendre en compte l’impact du Covid-19 sur les finances publiques.

La Loi de finances rectificative du Cameroun, promulguée le 3 juin 2020, prévoit une nouvelle baisse du budget 2020 de l’État, cette fois de 11 % par rapport à la LFI (après -5% dans la LFI 2020 par rapport à 2019).

Elle consacre également la création d’un compte d’affection spéciale doté de 180 Mds FCFA pour la lutte contre le Coronavirus. Ce compte sera entre autres, consacré à la prise en charge des malades du Covid-19 et au renforcement du système sanitaire (58,7 milliards de FCFA), de la recherche et la production locale des produits pharmaceutiques (8,1 milliards de FCFA).

Par ailleurs, il consacrera une enveloppe de 98,7 milliards de FCFA aux actions de résilience économique et financière, et 14,5 milliards de FCFA à la résilience sociale.

La création de ce Fonds anticipe donc un déficit budgétaire de 986,6 milliards FCFA. Soit un taux de 4,5% du PIB contre 1,5% initialement prévu pour 2020. En clair, le budget 2020 de l’État camerounais passe de 4 951,7 milliards de FCFA à finalement 4 409 milliards de FCFA.

Au Gabon, la baisse du budget est moindre et concentrée sur les dépenses d’investissement (-26 %). En effet, la Loi de finances rectificative prévoit un budget équilibré en ressources et en charges à 3047,1 milliards de FCFA contre 3330,7 milliards de FCFA initialement. Soit une baisse de 9% correspondant à 283,6 milliards de  FCFA.

Le budget rectifié a été élaboré sur la base d’un baril de pétrole gabonais à 30 dollars contre 57 dollars dans la LFI, et une production maintenue à 10,4 millions de tonnes métriques.

Pour les deux pays, le déficit serait en grande partie financé par des appuis extérieurs et, notamment pour le Cameroun, par le moratoire sur le service de la dette accordé par les pays membres du G20.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here