Accueil DEVELOPPEMENT L’Afrique de l’Est détient la croissance la plus rapide du continent, malgré...

L’Afrique de l’Est détient la croissance la plus rapide du continent, malgré les perturbations du Covid-19 (BAD)

DR.

L’Afrique de l’Est reste la plus forte région du continent en matière de croissance malgré les effets liés à la pandémie du Covid – 19.

La perturbation économique causée par la pandémie du Covid-19 a fait chuter la projection de croissance de l’Afrique de l’Est pour 2020 à 1,2%, un taux qui dépasse les autres régions africaines et devrait rebondir à 3,7% en 2021, selon la Banque africaine de développement (BAD).

La projection s’inscrit dans le scénario de référence qui suppose que le virus sera contenu d’ici le troisième trimestre de cette année. Avant la pandémie, la croissance économique de la région était projetée à plus de 5%, bien au-dessus de la moyenne du continent de 3,3% et de la moyenne mondiale de 2,9%.

Cependant, les chocs induits par le Covid-19 et une invasion acridienne ont contribué à des pertes d’emplois, à des besoins humanitaires accrus et aggraveront la pauvreté et l’inégalité des revenus. Dans le pire des cas, dans lequel la pandémie persiste jusqu’à la fin de 2020, la croissance est projetée à 0,2%, toujours au-dessus de la moyenne prévue de -1,7% en Afrique et de -3,4% dans les deux scénarios.

Récemment, lors du lancement du rapport des Perspectives économiques de l’Afrique de l’Est à Nairobi, Simon Kiprono Chelugui, secrétaire du Cabinet du ministère du Travail du Kenya, a déclaré que les pays d’Afrique de l’Est pourraient surmonter les effets du Covid-19 et redresser leur économie en atténuant les risques externes et internes.

«Nous devons mettre en œuvre une réponse décisive et coordonnée pour contenir la propagation du Covid-19; atténuer ses effets sanitaires et socio-économiques; accélérer la transformation structurelle; améliorer le climat d’investissement et maintenir la paix et la sécurité de notre région », a-t-il déclaré.

Les Perspectives économiques régionales indiquent que la pandémie du Covid-19 affectera les économies de la région de nombreuses manières, telles que la baisse des prix des produits de base et du commerce, et les restrictions sur les voyages avec un impact négatif conséquent sur le tourisme.

L’affaiblissement des flux financiers a affecté les soldes budgétaires et courants de la région, tandis que les perturbations des chaînes d’approvisionnement ont nui à la production et à la distribution alimentaires. Avec la fermeture des écoles, environ 90 millions d’élèves ont été exclus de la salle de classe.

Nnenna Nwabufo, directrice générale du Bureau régional de l’Afrique de l’Est de la Banque, a promis un soutien de la Banque pour sortir la région de la crise. «Notre ambition est de lutter contre les effets néfastes de la pandémie duCovid-19 et de veiller à ce que le développement social et économique à travers le continent soit accéléré, notamment par la création d’une main-d’œuvre africaine de demain», a-t-elle déclarée.

Elle a aussi noté que la Banque avait réagi rapidement pour fournir un soutien urgent pour faire face aux impacts immédiats de la pandémie de COVID-19, notamment un soutien de 212 millions de dollars au Kenya, 165 millions de dollars à l’Éthiopie, 4 millions de dollars au Soudan du Sud et 10 millions de dollars aux Seychelles.

Elle a également appelé à un effort collectif pour relever les défis du développement tels que Covid-19, la dette publique croissante et l’invasion acridienne, afin de réorienter les nations vers une voie de développement durable.

Appel aux mesures politiques urgentes pour amortir les effets de la pandémie de Covid-19.

«Les pays d’Afrique de l’Est devraient accélérer une véritable transformation structurelle en passant d’une production à faible valeur ajoutée à des activités à plus forte valeur ajoutée qui pourraient atténuer les vulnérabilités aux chocs intérieurs et extérieurs», a indiqué le Dr Marcellin Ndong Ntah, économiste en chef de la Banque.

En plus d’étudier l’impact de la pandémie du Covid-19 sur la région, le rapport de cette année a mis un accent particulier sur «Développer la main-d’œuvre de l’Afrique de l’Est pour l’avenir». Pour nourrir les compétences de la future main-d’œuvre, il est urgent de procéder à de vastes réformes de l’éducation, d’investir dans les technologies de l’éducation, de lutter contre les facteurs qui empêchent les enfants d’aller à l’école et d’établir des liens entre le monde universitaire et l’industrie, a déclaré Edward Sennoga, économiste en chef de la Banque, et un autre des auteurs du rapport.

Quant à Julius Mukunda, directeur exécutif du Civil Society Advocacy Group en Ouganda, il a déclaré que  »pour favoriser la croissance, les pays d’Afrique de l’Est doivent éliminer la corruption et investir dans des domaines dans lesquels la région a des atouts uniques, tels que la production alimentaire, non seulement pour fournir mais aussi des revenus pour les agriculteurs afin de les aider à atténuer les effets du Covid-19 ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here