Accueil DEVELOPPEMENT Afrique centrale : La Commission de la CEMAC et le patronat planchent...

Afrique centrale : La Commission de la CEMAC et le patronat planchent sur la relance de l’économie

Le Pr Daniel Ona Ondo, lors des échanges avec le patronat d’Afrique centrale.

A la faveur d’une visioconférence, ce 14 juillet 2020, les chefs des organisations patronales des pays de la CEMAC ont échangé avec le président de la Commission de la CEMAC, le Pr Daniel Ona Ondo sur le processus de relance des activités économiques dans la sous-région.

Pour les deux parties, l’objectif consistait à ‘’Replacer l’entreprise au cœur de la stratégie régionale de relance’’. Cette demande exprimée par les responsables des organisations patronales des pays de la CEMAC, fait suite aux effets de causés par la pandémie du Covid sur leurs activités. Faut-il le rappeler, ‘’le secteur privé est durement touché par la crise économique que traverse la CEMAC’’.

Pour la période post Covid, les chefs d’entreprises ont relevé la nécessité de relancer l’économie de la sous-région en accordant la priorité au secteur productif. Car, selon ces derniers, leur univers se caractérise aujourd’hui par un taux de licenciements et de personnes en chômage technique des plus alarmants.

Sur ce chapitre des écueils, ils ont également relevé l’inefficacité des mesures prises par les gouvernements pour soutenir les entreprises. De leurs avis, ’’les appuis budgétaires octroyés par les Etats ont plus profité au secteur bancaire en lieu et place d’un réel soutien à la trésorerie des entreprises’’. En conséquence, ont-ils insisté, ‘’on constate la recrudescence des fermetures pures et simples de nombreuses structures’’. Leur dernier motif d’inquiétude a été le matraquage fiscal qui n’est pas de nature à ramener la sérénité dans les rangs du patronat.

Des propositions concrètes

Pour inverser cette tendance morose, les patrons d’entreprises ont égrainé un chapelet de propositions. Premièrement, ils ont souhaité que la dette intérieure soit mieux traitée par les gouvernements. Ensuite, ils ont évoqué le principe d’une action d’envergure pour soutenir le secteur informel qui s’est considérablement délité avec cette crise sanitaire et économique.

En troisième lieu, ils ont proposé la mise en place, un fonds de garantie à l’échelle régionale par la Commission CEMAC. Lequel fonds viendrait, en compléments des mesures prises dans les Etats, améliorer la stratégie de relance de l’économie et permettrait le cas échéant aux entreprises de trouver des financements dont ils ont cruellement besoin.

La réduction du train de vie de l’Etat et la libération des entreprises de l’étau fiscal et des entraves à la libre circulation des personnes, des biens et des capitaux en zone CEMAC ont également été formulées.

De manière globale, ils ont appelé de tous leurs vœux un changement de paradigme dans la gouvernance économique en Afrique centrale et la mise en place de politiques pour promouvoir véritablement le secteur privé.

Vers un dialogue permanent avec le secteur privé

Au cours de ces échanges, le Pr Daniel Ona Ondo s’est voulu rassurant. Non seulement, il a remercié ses interlocuteurs pour les contributions très pertinentes, il a également souligné que sa démarche d’échanger avec eux, vise à mieux cerner les difficultés rencontrées par les entreprises. Car, « Vous êtes les mieux placés pour traduire la situation économique réelle », a-t-il précisé.

Au regard du constat quasiment identique dans tous les pays de la CEMAC, Daniel Ona Ondo a de facto, insisté sur le fait que la solution au marasme actuel réside dans une intégration économique plus dynamique.

« Nous devons accentuer nos stratégies de relance sur les entreprises car in fine, c’est vous qui êtes à l’origine de la création de richesses et des emplois », a-t-il indiqué. Avant de manifester sa volonté d’établir un dialogue public-privé de façon permanente au terme des échanges.

Prenaient part à la cette réunion, pour le compte de la Commission de la CEMAC : le président, le  Pr Daniel Ona Ondo, les Commissaires Shey Jones Yembé et Michel Niama, le Directeur de cabinet et le Conseiller économique.

Pour le compte des confédérations patronales des six pays de la CEMAC, notamment : Célestin Tawamba (GICAM – Cameroun), Alain Ba Oumar (CPG – Gabon), Doudoua Bichara (CNPT – Tchad), Jean-Jacques Samba et Dr Jean Galessamy – Imbombot (UNICONGO – Congo).

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here