Accueil ECONOMIE Gabon : Environ 1/3 de la population vit dans la pauvreté (BM)

Gabon : Environ 1/3 de la population vit dans la pauvreté (BM)

DR.

Malgré ses revenus élevés et ses abondantes ressources naturelles, le Gabon observe des taux de pauvreté préoccupants.  Une situation que le gouvernement s’attelle à remédier.

En effet, environ un tiers de sa population gabonaise vit dans la précarité. C‘est ce que révèle un récent rapport de la Banque mondiale (BM) portant sur l’évaluation de la pauvreté dans le pays. Selon ledit rapport, en 2017, un Gabonais sur trois vivait dans la pauvreté tandis qu’un environ un sur dix, souffrait d’extrême pauvreté.

Ces statistiques sont corroborées par l’Enquête gabonaise pour l’évaluation et le suivi de la pauvreté (EGEP) de 2017. En effet, 33,4 % de la population vit en dessous du seuil national de pauvreté, établi selon la méthode du coût des besoins essentiels, qui est fixé à 840 400 FCFA par habitant par an (soit environ 5,70 USD par jour en Parité de pouvoir d’achat (PPA).

Ainsi, environ 8,2 % des Gabonais vivent dans l’extrême pauvreté et n’ont pas les moyens d’acquérir les denrées alimentaires de base pour couvrir leurs besoins nutritionnels minimaux de 2 100 kilocalories par personne et par jour. En utilisant le seuil international de pauvreté de 5,50 USD par habitant et par jour (en PPA de 2011), 32,2 % de la population est pauvre.

Les zones rurales plus enclines à la pauvreté

Dans les zones rurales, la situation de la précarité est beaucoup plus alarmante. Plus de la moitié des habitants sont pauvres et leur pauvreté est trois fois plus profonde que celle des urbains pauvres. Environ 59,5 % de la population vit dans la pauvreté, contre 29,4 % dans les zones urbaines, soit 21,2 % à Libreville et à Port-Gentil et 38,2 % dans les autres centres urbains.

En clair, la profondeur de la pauvreté est presque trois fois plus élevée dans les zones rurales que dans les zones urbaines. Ce qui laisse supposer que les ménages ruraux ont besoin de beaucoup plus de ressources pour pouvoir sortir de la pauvreté.

Le gouvernement s’active à inverser cette tendance

La pauvreté semble avoir diminué au cours des dix dernières années, mais à un rythme plus lent que la population n’a augmenté, entraînant un accroissement du nombre de pauvres. Entre 2005 et 2017, le taux national de pauvreté du Gabon a visiblement chuté de 41,8 % à 33,4 %. Le manque de comparabilité des données provenant des enquêtes auprès des ménages empêche la réalisation d’une analyse détaillée des tendances de la pauvreté et des facteurs de changement.

Le problème a été partiellement résolu en ayant recours à des méthodes d’imputation d’une enquête à une autre (la technique d’estimation pour les petites régions). Les résultats indiquent que depuis 2005, le taux de pauvreté a diminué d’environ 8 points de pourcentage.

Cette baisse de la pauvreté a eu lieu dans toutes les régions. Mais  elle semble avoir a été plus rapide dans les zones urbaines en dehors des villes principales, où le taux de pauvreté est passé de 50 à 38,3 %, contre une baisse de 26 à 21,2 % à Libreville et à Port-Gentil, et de 65,7 à 59,4 % dans les zones rurales.

Toutefois, relève l’institution de Bretton Woods, si la méthode d’imputation permet de réaliser une évaluation assez rigoureuse des tendances de la pauvreté en estimant la consommation imputée, elle n’est cependant pas en mesure d’identifier convenablement les facteurs à l’origine des changements.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here