Accueil AGRO Gabon : La FAO renforce son appui technique au développement du secteur...

Gabon : La FAO renforce son appui technique au développement du secteur forêt et faune

DR.

L’exercice a été au cœur des échanges, entre le représentant de la l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) au Gabon, Hélder Muteia, et le ministre des Eaux et Forêts, le Pr. Lee White, le 22 juin 2020. 

Lors de cette rencontre virtuelle, Hélder Muteia, Coordonnateur du Bureau Sous-régional de la FAO pour l’Afrique centrale, Représentant au Gabon et à Sao Tome é Principe et Lee White, ministre en charge des Forêts, ont passé en revue les projets conjoints menés au Gabon. Cette rencontre a permis de faire le point sur les principaux enjeux et opportunités de collaboration pour renforcer l’appui technique de la FAO au développement du secteur forêt et faune au Gabon.

Au menu des échanges, la situation de mise en œuvre des activités du programme Gestion durable de faune (GDF) au regard du contexte sanitaire actuel, le projet sous-régional portant sur les conflits Homme-Faune en cours d’élaboration par la FAO, la stratégie nationale révisée du Gabon sur la valorisation et promotion des produits forestiers non ligneux, mais également le point sur les orientations du Ministère en matière de relance de l’économie post Covid-19.

Poursuivre les activités du programme GDF malgré le contexte sanitaire actuel

Dans le cadre des initiatives visant à promouvoir la lutte contre la faim, la malnutrition et la pauvreté au Gabon, la FAO et le gouvernement du Gabon ont signé en juillet 2018, un accord de coopération portant sur le projet « Gestion durable de la faune ».

Cette initiative financée par l’Union Européenne pour une durée de cinq ans, consiste pour le cas du Gabon à concilier sécurité alimentaire et nutritionnelle des populations rurales et conservation de la faune sauvage au Gabon en expérimentant l’organisation d’une filière « viande de brousse » légale et durable associée à une diversification des sources de protéines alternatives.

Malgré le contexte sanitaire actuel lié à la Covid-19, les activités du projet se poursuivent au niveau local sur le site de Lastourville dans le respect des mesures sanitaires et avec un certain ralentissement observé au niveau de quelques opérations.

Le projet qui est dans sa phase de planification de l’année 3 en étroite concertation avec le Ministère en charge des Forêts mettra l’accent sur les aspects de développement juridique en vue de créer un cadre légal pour l’expérimentation d’une filière courte de commercialisation légale.

Aussi, en tenant compte les aspects liés au Covid-19 dans le programme, le plan de travail sera réajusté et soumis au bailleur de fonds pour quérir un financement supplémentaire. Ainsi, le programme procédera dans les prochaines semaines à des consultations dans les pays bénéficiaires pour identifier les priorités d’action qui pourraient être soutenues par ce fonds.

Dans ce cadre, les deux parties se sont accordées à mettre en place un groupe de travail multi-sectoriel pour la redynamisation de l’approche Une Seule Santé, déjà promue par le passé, en associant l’OMS, la FAO, le Ministère de la santé et tout autre département ministériel pertinent pour prévenir et gérer les risques d’émergence de futures épidémies.

Gestion des conflits Homme-Faune, Promotion et valorisation des produits forestiers non ligneux (PFNL) en Afrique centrale

Dans le cadre de la mise en œuvre de sa feuille de route sur l’amélioration de la gouvernance forestière en Afrique centrale, la FAO est en train de développer deux projets sous régionaux dont un projet pilote sur les conflits homme faune et un autre projet sur la promotion et valorisation des produits forestiers non ligneux.

Ces deux thématiques ont été identifiées comme prioritaires par les directeurs généraux et directeurs des forêts et de la faune des pays d’Afrique centrale au cours de l’atelier sous-régional organisé par la FAO en Décembre 2019 à Brazzaville.

Il faut rappeler que ces thématiques ont également fait l’objet des requêtes d’appuis techniques reçues par la FAO pour accompagner les pays d’Afrique centrale à mieux gérer les conflits hommes faune et à améliorer la contribution des PFNL aux économies nationales.

Le projet pilote sur les conflits homme faune va cibler trois pays, à savoir le Gabon, le Cameroun et la RDC et envisage à terme le développement d’une proposition plus ambitieuse pour la mise à l’échelle des résultats qui seront obtenus de la phase pilote.

Perspectives de collaboration dans la relance de l’économie post Covid-19

La pandémie du coronavirus a considérablement impacté l’économie des pays avec des répercussions sur tous les pans de la vie humaine. Le secteur forêt-bois du Gabon se présente comme une option fiable à considérer dans le plan de relance de l’économie post Covid-19. Dans ce sens, le Ministère des Eaux et Forêts va miser sur le secteur bois comme un des principaux piliers de la contribution de ce Ministère à la relance de l’économie nationale.

Au terme des échanges, le Coordonnateur du bureau sous-régional pour l’Afrique centrale et Représentant de la FAO au Gabon a réitéré la disponibilité de son organisation, à accompagner le ministre dans sa mission, en mettant à la disposition du Gabon, l’expertise technique de la FAO.

Avec la FAO

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here