Accueil COMMERCE Les flux d’investissement en Afrique devraient chuter de 25% à 40% en...

Les flux d’investissement en Afrique devraient chuter de 25% à 40% en 2020 (CNUCED)

WIR 2020 Graph Africa

Toutes les industries du continent sont sous le choc du double coup de la pandémie de coronavirus et des bas prix des produits de base, selon le nouveau rapport de la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement (CNUCED).

La tendance à la baisse des investissements directs étrangers (IDE) en Afrique devrait s’exacerber de manière significative en 2020 au milieu du double choc de la pandémie de coronavirus et des bas prix des produits de base, en particulier du pétrole. Les flux d’IDE vers le continent devraient se contracter entre 25% et 40% sur la base des projections de croissance du produit intérieur brut (PIB) ainsi que d’une série de facteurs spécifiques à l’investissement, selon le World Investment Report 2020 de la CNUCED.

« Bien que toutes les industries soient affectées, plusieurs industries de services, notamment l’aviation, l’hôtellerie, le tourisme et les loisirs, sont durement touchées, une tendance qui devrait persister pendant un certain temps à l’avenir », a déclaré le directeur des investissements et des entreprises de la CNUCED, James Zhan.

Les industries manufacturières intensives dans les chaînes de valeur mondiales sont également fortement affectées, signe de préoccupation pour les efforts visant à promouvoir la diversification économique et l’industrialisation en Afrique.

Dans l’ensemble, il y a une forte tendance à la baisse au premier trimestre 2020 pour les projets d’investissement annoncés, bien que la valeur des projets (-58%) ait baissé plus sévèrement que leur nombre (-23%). De même, en avril 2020, le nombre de projets de fusions et acquisitions (M&A) transfrontalières ciblant l’Afrique avait diminué de 72% par rapport à la moyenne mensuelle de 2019.

Espoir de rétablissement

Cependant, deux facteurs distincts offrent l’espoir d’une reprise des flux d’investissement vers le continent à moyen et long terme. Le premier est la valeur plus élevée attribuée aux liens avec les continents par les grandes économies mondiales, favorisant l’investissement dans les infrastructures, les ressources, mais aussi le développement industriel.

Les investissements en provenance de ces pays, qui bénéficient de divers degrés d’appui politique, bien qu’ils soient affectés par l’impact conjoint du COVID-19 et les bas prix des produits de base dans une certaine mesure, pourraient être relativement plus résistants.

La seconde est l’approfondissement de l’intégration régionale en raison du début des échanges dans le cadre de la zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf) après des années de délibération et de la finalisation attendue de son protocole d’investissement. À court terme, il est primordial de limiter l’ampleur du ralentissement des investissements et de limiter les coûts économiques et humains de la pandémie.

À plus long terme, la diversification des flux d’investissement vers l’Afrique et leur exploitation pour la transformation structurelle reste un objectif clé. Ces deux objectifs nécessiteront une réponse prudente, coordonnée et opportune de la part des pays du continent.

L’IED était déjà en baisse avant la crise

La crise du Covid-19 est arrivée à un moment où les IDE étaient déjà en baisse, le continent ayant connu une baisse de 10% des entrées en 2019 à 45 milliards de dollars. Les effets négatifs de la croissance tiède du PIB mondial et régional et de la baisse de la demande de produits de base ont entravé les flux vers des pays aux profils d’investissement diversifiés et axés sur les ressources naturelles, bien que quelques pays aient reçu des entrées plus importantes de nouveaux projets importants.

Afrique du Nord

Les entrées d’IED en Afrique du Nord ont diminué de 11% pour s’établir à 14 milliards de dollars, avec une diminution des entrées dans tous les pays sauf l’Égypte, qui est restée le principal bénéficiaire d’IED en Afrique en 2019, avec une augmentation de 11% à 9 milliards de dollars.

Afrique subsaharienne et australe

Après une augmentation significative en 2018, les flux d’IDE vers l’Afrique subsaharienne ont diminué de 10% en 2019 pour atteindre 32 milliards de dollars. L’Afrique australe était la seule sous-région à avoir reçu des entrées de capitaux plus élevées en 2019 (augmentation de 22% à 4,4 milliards de dollars), mais uniquement en raison du ralentissement du désinvestissement net de l’Angola.

Les entrées d’IED en Afrique du Sud ont diminué de 15% pour atteindre 4,6 milliards de dollars en 2019, malgré des investissements clés dans les mines, la fabrication (automobiles, biens de consommation) et les services (finance et banque).

Afrique de l’Ouest

Les IDE vers l’Afrique de l’Ouest ont diminué de 21% pour s’établir à 11 milliards de dollars en 2019. Cette évolution s’explique en grande partie par la forte baisse des investissements au Nigéria en raison des nouvelles réglementations en matière d’investissement pour les entreprises multinationales du secteur pétrolier et gazier.

Afrique de l’Est

Les flux d’IDE vers l’Afrique de l’Est ont également diminué de 9% pour s’établir à 7,8 milliards de dollars. Les entrées en Éthiopie se sont contractées d’un quatrième pour s’établir à 2,5 milliards de dollars, provoquées dans une certaine mesure par des tensions politiques dans certaines parties du pays. De même, les entrées au Kenya ont chuté de 18% à 1,3 milliard de dollars malgré plusieurs nouveaux projets dans les domaines de l’informatique et des soins de santé.

Afrique centrale

L’Afrique centrale a reçu 8,7 milliards de dollars d’IDE, soit une baisse de 7%. Le principal fait saillant dans la sous-région a été la diminution des flux vers la République démocratique du Congo (9% à 1,5 milliard de dollars). Les Pays-Bas ont dépassé la France en tant que premier investisseur en actions. Sur la base des données sur les stocks d’IDE jusqu’en 2018, les Pays-Bas ont dépassé la France en tant que premier investisseur étranger en Afrique.

Le stock d’investissement détenu par les États-Unis et la France en Afrique a diminué respectivement de 15% et 5%, en raison du rapatriement et de la cession des bénéfices. Parallèlement, le stock d’investissement du Royaume-Uni et de la Chine a augmenté de 10% chacun.

Les sorties d’IED ont également diminué en 2019, d’environ un tiers

Les sorties d’IED en provenance d’Afrique ont diminué de 35% pour atteindre 5,3 milliards de dollars. L’Afrique du Sud a continué d’être le plus grand investisseur sortant malgré la réduction des sorties de fonds de 4,1 milliards de dollars à 3,1 milliards de dollars.

Les sorties de capitaux du Togo ont augmenté de manière significative, passant de 70 millions à 700 millions de dollars seulement, soit dix fois plus. En Afrique du Nord, le Maroc a également augmenté ses IDE sortants, à environ 1 milliard de dollars, contre 800 millions de dollars en 2019.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here