Accueil DEVELOPPEMENT BAD : Le Dr. Akinwumi Adesina se veut rassurant sur sa gouvernance

BAD : Le Dr. Akinwumi Adesina se veut rassurant sur sa gouvernance

Le président de la BAD, le Dr. Akinwumi Adesina.

Suite aux révélations du Journal ‘’Le Monde’’ faisant état d’un climat délétère et de fronde au sein de la Banque africaine développement (BAD), depuis quelques temps, le Président de cette institution, le Dr. Akinwumi Adesina vient de faire une mise au point en guise de réponse.

Pour juger de la crédibilité de la gouvernance de l’institution qu’il préside aux destinées, Akinwumi Adesina a mis en exergue la très solide réputation dont elle jouit désormais. ‘’Elle a été classée 4e institution la plus transparente au monde par Publiez ce que vous financez. J’ai une grande confiance dans les systèmes de gouvernance de la Banque mis en place par le Conseil des gouverneurs’’, indique-t-il.

Et d’ajouter, ‘’le Comité d’éthique du Conseil d’administration mène actuellement son action dans le cadre de ses systèmes d’examen interne. Laissons le Comité achever son examen et ses travaux sans interférence de quiconque ni de quelque média que ce soit. Je suis totalement convaincu que sur la base de faits et de preuves, les procédures régulières d’examen et la transparence révéleront que tout cela ne constitue que des allégations fallacieuses et sans fondement’’.

Occasion pour lui également d’appeler au calme au sein ainsi qu’à l’extérieur de la Banque. ‘’Je voudrais que tous les membres du personnel, les actionnaires et les partenaires de la Banque, qui sont particulièrement dévoués, ne soient ni touchés ni ébranlés par ces allégations manifestement fausses’’, a-t-il lancé, avant d’annoncer ses assurances. ‘’Je ne me laisserai pas distraire. Aucun mensonge, quelle qu’en soit la propagation, ne pourra jamais dissimuler la vérité. Bientôt, la vérité éclatera au grand jour’’.

Par ailleurs, il annonce continuer à s’acquitter de ses devoirs et responsabilités de président. Cela, ‘‘avec le plus haut niveau de professionnalisme, de dévouement et de détermination inébranlable pour diriger et soutenir la mission audacieuse de la Banque en faveur du développement accéléré de l’Afrique et pour aider à protéger le continent en cette période de pandémie de COVID1 ».

Pour rappel, l’article querellé du journal le Monde date du dimanche 05 avril 2020. Il s’intitule ‘’ A la Banque africaine de développement, le président Adesina contesté par des employés’’. Du moins, selon ‘’Le Monde’’, l’atmosphère au sein de la BAD n’est plus à la sérénité. Conséquences, le président Akinwumi Adesina est désormais en proie à une contestation de la part des employés.

Le média français indique à cet effet que ces informations émanent de quelques employés qui auraient alerté les gouverneurs de la Banque, sur des comportements « contraires à l’éthique » et des traitements de faveur au sein de l’institution panafricaine. Soucieux de préserver leur anonymat, ils se sont mués en lanceurs d’alerte, comme le permet le code de conduite de la BAD a poursuivi le Journal. Tout en révélant que le 19 janvier 2020, ils ont déposé plainte et transmis un document détaillant seize cas d’abus présumés, impliquant parfois directement le président Adesina, au département de l’intégrité et de la lutte contre la corruption de la Banque.

Le Média français ajoute par ailleurs qu’une ‘’enquête interne, sensible et gênante, suit son cours à la Banque africaine de développement (BAD). En toute discrétion car elle vise son président, le nigérian Akinwumi Adesina’’. A la tête, depuis 2015, de la première institution de financement du développement d’Afrique, l’ancien ministre de l’agriculture du Nigeria (2011-2015) se retrouve accusé par une frange du personnel de favoritisme au profit de proches compatriotes et de comportements « contraires à l’éthique ». Les soupçons portent également sur des cas de « violation du code de conduite » et d’« entrave à l’efficacité (…) affectant la confiance dans l’intégrité » de la Banque.

C’est une nouvelle épreuve que s’apprête à vivre le l’institution financière panafricaine, notamment son président en l’espace de quelques semaines. La première étant la passe d’armes qui a récemment eu lieu entre son président, Akinwumi Adesina et David Malpass, le président de la Banque mondiale sur les prêts de la BAD.

En effet, M. Malpass avait alors déclaré que la BAD prêtait trop rapidement et qu’elle aggravait de ce fait, le problème de la dette des pays. C’était lors d’un forum de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international (FMI), tenu le 10 février 2020, à Washington, aux Etats-Unis.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here