Accueil ECONOMIE Gabon : Le gouvernement annonce une croissance annuelle de 3,9% en 2019...

Gabon : Le gouvernement annonce une croissance annuelle de 3,9% en 2019 contre 0,8% en 2018

DR.

Selon le ministère de l’Economie, le pays a enregistré des performances globalement satisfaisantes au niveau des grands secteurs. Ce qui a ainsi porté le taux de croissance annuelle à 3,9% en 2019, contre 0,8% en 2018.

Dans cette cartographie, le secteur primaire avec le pétrole, les mines, l’exploitation forestière, et la production d’huile de palme brute s’est soldé par des résultats positifs. A contrario, la production de caoutchouc et l’agriculture maraîchère ont clôturé en berne.

En effet, après plusieurs années de baisse, la production nationale de pétrole brut a progressé de 13% à 10,901 millions de tonnes, suite à la mise en exploitation du champ Simba par Perenco et la poursuite des travaux d’amélioration des rendements des champs matures.

L’exploitation du manganèse a aussi profité d’un environnement international très favorable pour enregistrer des performances industrielles exceptionnelles se traduisant par une progression de 24,1% de la production totale à 6,67 millions de tonnes.

Ce niveau de production a été rendu possible grâce aux améliorations opérationnelles sur les sites miniers, suite à l’utilisation d’un nouveau procédé de traitement à sec du minerai, et au renforcement des capacités de production du gisement de Biniomi.

Toutefois, les résultats commerciaux ont été plombés par la très forte baisse des prix du minerai. Dans le même temps, malgré la crise du Kevazingo, la production de grumes a augmenté de 5,7% à 2,1 millions de mètres cubes (m3), en liaison avec la tonicité de la demande et l’exploitation de nouvelles surfaces forestières.

Secteur secondaire

Les performances sectorielles sont appréciables notamment dans les secteurs des BTP, l’Energie, les Autres industries de transformation et les industries du bois, malgré les résultats mitigés enregistrés dans la branche des autres industries de transformation. Le Raffinage a réalisé de nouvelles contreperformances, en lien avec l’obsolescence de l’outil de production.

Les branches du secteur tertiaire

Dans leur ensemble, elles ont été bien orientées au cours de l’année, notamment le commerce, les Télécommunications et les services. Néanmoins, des contre-performances ont été observée dans les services immobiliers le commerce de produits pharmaceutiques le commerce général structuré et le transport aérien et terrestre.

Les performances du secteur bancaire restent globalement positives. En effet, le total agrégé des bilans des banques a augmenté de 2,4% à 2 492,1 milliards de FCFA. Les dépôts de la clientèle se sont consolidés de 1,6% à 2 105,6 milliards de FCFA). En revanche, les crédits bruts sont en recul de 4,3% par rapport à leur niveau de fin décembre 2018.

Concomitamment, le taux de couverture des crédits par les dépôts s’est amélioré de 134,4% à 140% en décembre 2019. Les créances en souffrance ont baissé de 45% pour s’établir à 159,5 milliards de FCFA.

Après un ralentissement sur trois exercices consécutifs, le secteur des assurances a renoué avec de bonnes performances, se traduisant par une progression de 7,1% à 99,77 milliards de FCFA en 2019 contre 93,16 milliards en 2018. Ce dynamisme a été soutenu par la branche Non Vie, moteur de cette activité.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here