Accueil GOUVERNANCE L’ONU salue le cessez-le-feu temporaire observé par un groupe armé au Cameroun

L’ONU salue le cessez-le-feu temporaire observé par un groupe armé au Cameroun

DR.

L’appel au cessez-le-feu mondial lancé par le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, pour affronter ensemble la pandémie de Covid-19, a été entendu par des belligérants au Cameroun.

Lors d’un point de presse virtuel depuis New York, en début de semaine, M. Guterres a fait part de sa forte préoccupation pour ce conflit et bien d’autres à travers le monde en ce moment où la pandémie  du Coviud – 19 fait aux quatre coins de la planète. « La furie avec laquelle s’abat le virus montre bien que se faire la guerre est une folie. C’est la raison pour laquelle j’appelle aujourd’hui à un cessez-le-feu immédiat, partout dans le monde », avait- il déclaré.

Dans le cas du Cameroun, son porte-parole, Stéphane Dujarric a également salué le cessez-le-feu temporaire annoncé le 25 mars 2020, par les Forces de défense du Sud du Cameroun (SOCADEF), impliquées dans la crise dans les régions anglophones du pays. « Le Secrétaire général appelle les autres groupes armés à faire de même », a-t-il indiqué.

« Le Secrétaire général réitère son appel à un dialogue renouvelé qui abordera toutes les questions pertinentes dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest du Cameroun et qui mettra fin à la violence et aux souffrances humaines », a ajouté Stéphane Dujarric.

En République centrafricaine, le Représentant spécial du Secrétaire général dans ce pays, Mankeur Ndiaye, a exhorté mercredi toutes les parties signataires de l’Accord de paix de février 2019 « à garantir l’effectivité du cessez-le-feu sur toute l’étendue du territoire national pour préserver la République centrafricaine du Covid-19 et de ses conséquences néfastes ».

« Le peuple centrafricain n’a que trop souffert des tensions et violences. Les groupes armés ont donc l’obligation de respecter les engagements pris dans le cadre de l’Accord de paix, par la cessation immédiate de la violence sur toute l’étendue du territoire centrafricain », a dit M. Ndiaye.

Le 26 mars dernier, le représentant spécial du Secrétaire général pour l’Afrique centrale, François Louncény Fall, a également lancé un appel à un cessez-le-feu général dans cette région. « Je voudrais inviter toutes les parties en conflit en Afrique centrale, et en particulier au Cameroun, en République centrafricaine, en République démocratique du Congo et au Tchad, à observer sans délai un cessez-le-feu afin de permettre la mise en œuvre rapide et efficace des stratégies nationales de riposte » à la pandémie, a-t-il dit dans un communiqué de presse.

« Nous devons ensemble combattre, maintenant, ce fléau qui n’épargne ni les belligérants, ni les populations civiles ni les dirigeants politiques », a-t-il ajouté.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here