Accueil GOUVERNANCE La CEA réitère la diversification économique aux pays d’Afrique centrale

La CEA réitère la diversification économique aux pays d’Afrique centrale

DR.

L’institution onusienne étaye cette impérative nécessité par le double péril que revêt la pandémie du coronavirus.

Selon la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique (CEA), les économies de la Communauté économique des États de l’Afrique centrale (CEEAC) connaîtront cette année, selon les prévisions, une baisse collective de 4,7 points de pourcentage de leur croissance du PIB en raison de l’impact grave de la pandémie du coronavirus (COVID-19). Laquelle pandémie devrait également coûter à l’ensemble du continent des milliards de dollars pour le combattre et la moitié de son potentiel de croissance.

Telles sont les conclusions de la CEA, dont l’analyse projette une réduction du taux de croissance économique du continent d’une prévision précédente de 3,2% à 1,8%, la sous-région de l’Afrique centrale étant l’une des zones les plus exposées à la récession économique.

De l’avis d’Antonio Pedro, directeur du Bureau de la CEA pour la sous-région, «avec le coronavirus, les pays d’Afrique centrale sont confrontés à un double péril, sous-tendu par leur dépendance excessive à l’égard l’exportation de produits de base ».

Et d’expliquer : «Ce double péril signifie qu’en plus de lutter contre cette pandémie avec des ressources financières très limitées et des systèmes de santé fragiles, nous devons également faire face à ses graves effets économiques, qui se multiplient en raison de la constitution de nos économies conduisant à une exposition disproportionnée aux effets de contagion des chocs extérieurs »

Dans la sous-région de l’Afrique centrale, a-t-il déclaré, « des pays comme le Gabon, le Congo, le Tchad et la Guinée équatoriale compteront parmi les plus durement touchés en termes économiques, étant donné le poids des exportations de pétrole dans les exportations totales ».

Des thérapies de choc

Pour faire rapidement face au double défi du COVID-19 sur les économies d’Afrique centrale, la CEA préconise aux gouvernements de faire tout leur possible, pour contrer la propagation du virus. Cela, en travaillant avec les organismes clés sur l’aspect épidémiologique – tels que l’Organisation mondiale de la santé – ont déclaré les responsables de la CEA, tout en reconnaissant les efforts déjà déployés par les États membres de la CEMAC à travers leurs ministres de la santé, qui ont récemment décidé de mettre en place un front collectif pour contenir la propagation du virus.

À ce stade, les pays d’Afrique centrale pourraient faire recours à des politiques monétaires expansionnistes, y compris l’assouplissement quantitatif (qui implique l’injection des fonds dans les circuits performants par les gouvernements) et d’autres mesures incitatives, comme mesure à court terme, a déclaré M. Pedro.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here