Accueil ECONOMIE Zone CEMAC : En route vers un nouveau cycle des programmes avec le...

Zone CEMAC : En route vers un nouveau cycle des programmes avec le FMI

DR

C’est le moins que l’on puisse dire, au terme des discussions menées en janvier dernier, par le gouverneur de la Banque des États de l’Afrique centrale (BEAC), Abbas Mahamat Tolli avec les responsables du Fonds monétaire international (FMI) et de la Banque mondiale.  

Les termes du communiqué publié à cet effet se veulent plus préci. « En droite ligne des orientations des chefs de l’État de la CEMAC, les premiers responsables du FMI et de la BEAC ont insisté sur l’impérieuse nécessité de concevoir un deuxième cycle de programmes, résolument axés sur des objectifs de croissance et de réduction de la pauvreté ».

Et d’ajouter, « Ils sont en conséquence tombés d’accord sur la nécessité de réserver désormais une haute priorité aux mesures et politiques visant une relance économique inclusive et génératrice d’emplois. (…) Cette deuxième génération de programmes sera officiellement lancée au cours d’une conférence internationale de haut niveau qui se tiendra prochainement dans la sous-région ».

De manière plus précise, les entretiens ont principalement concerné la nécessité d’approfondir les réformes économiques et financières des États et des institutions de la CEMAC. « En tout état de cause, la Banque mondiale est disposée à apporter son soutien dans cette phase critique, plusieurs projets intégrateurs étant déjà sur le canevas d’intervention du groupe », précise la Beac.

En lien avec les objectifs du deuxième cycle de programmes économiques dans la Cemac, Abbas Mahamat Tolli a mis l’accent sur la nécessité d’accroître les financements accordés aux États membres, notamment en matière de réalisation des projets intégrateurs d’infrastructures routières, d’interconnexions électriques, etc.

Pour rappel, réunis à Yaoundé, au Cameroun, fin 2016, les pays de la CEMAC avaient convenus d’opter pour un ajustement structurel sur trois ans de leurs politiques économiques et budgétaires, avec un accompagnement de certaines institutions, dont le FMI.

La Guinée Équatoriale et le Congo ont traîné à signer leurs programmes. Ils n’ont été finalisés que lors du deuxième semestre 2019. Des analyses constantes d’experts estiment que la CEMAC a besoin de ces programmes avec le FMI pour restaurer son équilibre financier extérieur.

Avec investir au Cameroun

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here