Accueil DEVELOPPEMENT DURABLE Le Gabon à la pointe de l’action pour le climat parmi les...

Le Gabon à la pointe de l’action pour le climat parmi les pays en développement

DR.

En Afrique subsaharienne, le Gabon est à la pointe en matière de protection de la nature, de séquestration du carbone et de prévention du changement climatique à l’échelle mondiale.

Couvert à 85 % par la forêt, le Gabon abrite actuellement 60 % de ce qu’il reste de la forêt tropicale du Bassin du Congo, qui forme la deuxième plus grande forêt tropicale de la planète après la forêt amazonienne avec une capacité de stockage de plus de 70 gigatonnes de carbone.

Ces efforts ont conduit le pays à devenir le représentant de l’Union africaine et le principal négociateur aux sessions de la Conférence des Nations unies sur les changements climatiques (UNCC). Mais elles ont un coût. L’action en faveur du climat et la protection de la nature ont représenté des milliards de dollars d’investissements et un manque à gagner en matière d’activité économique et de recettes ces dernières années.

Ces coûts doivent également être pris en compte dans le cadre de l’évaluation des mesures prises par le Gabon pour tenter de mettre son économie sur la voie d’une croissance plus durable, tout en jouant un rôle clé dans la biomasse et l’action en faveur du climat dans les pays d’Afrique subsaharienne et dans le monde.

Dans le cadre de sa stratégie durable, le Gabon s’est engagé à réduire ses émissions de gaz à effet de serre d’au moins 50 % d’ici 2025. Le scénario durable prend en compte toutes les politiques publiques engagées après 2000 telles que : le code forestier ; la création de parcs nationaux couvrant 10 % des habitats naturels du Gabon ; le plan national de réduction du torchage ; la planification stratégique du PSGE avec son développement industriel à faible intensité de carbone grâce à la croissance durable de la filière du bois et de l’agriculture ; le plan Climat ; la mise en œuvre d’un mécanisme de marché induit par la loi portant orientation du développement durable au Gabon et l’adoption du plan national d’affectation des terres.

La transparence et l’application de la loi dans la gestion des ressources naturelles seraient encore améliorées grâce au Programme sectoriel forêts, pêches, biodiversité et environnement financé par la Banque mondiale (FESP).

La conclusion récente d’un accord entre le Gabon et le gouvernement norvégien indique déjà que cette stratégie porte ses fruits. Selon cet accord de dix ans portant sur environ 150 millions de dollars, la Norvège paiera au Gabon au moins 10 dollars par tonne certifiée de réduction d’émissions de gaz à effet de serre, les réductions obtenues par l’arrêt de la déforestation et de la dégradation de l’environnement, ainsi que par l’absorption de dioxyde de carbone (CO2) par les forêts naturelles.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here