Accueil ECONOMIE La Cosumaf édifie sur les enjeux et le défis du marché financier...

La Cosumaf édifie sur les enjeux et le défis du marché financier unifié de l’Afrique centrale à Brazzaville au Congo

DR.

C’était à l’occasion de la journée du marché financier organisé le 3 mars dernier à Kintélé, par la Commission de surveillance du marché financier de l’Afrique centrale (Cosumaf), en collaboration avec le ministère des Finances de la République du Congo.

Placé sous le thème : « Enjeux, défis du marché financier unifié de l’Afrique centrale. », cette rencontre consistait à inviter les Etats, les acteurs financiers ainsi que les particuliers à se mobiliser sure ce pan de l’économie. Cela, afin de dynamiser le nouveau marché financier unifié d’Afrique centrale.

Selon le régulateur du marché financier sous-régional, il s’agit pour ces entités, à apporter une impulsion via leurs engagements soit en prenant des actions ou en intervenant davantage sur le marché des obligations.

Au cours de cette activité, d’autres thèmes ont été abordés. Il s’agit entre autres de : la contribution du marché financier au programme des réformes économiques ; l’accélération du développement du marché financier de la Cémac ; du potentiel pour la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (Cémac) ; l’émission des Sukuks, l’ancrage du développement durable en Cémac par l’essor et la finance verte ; etc.

A l’occasion, le président de la Cosumaf, Nagoum Yamassoum est revenu sur le bien-fondé de cette initiative. « Cette journée constitue une étape majeure dans le processus de mobilisation des forces économiques de la Cémac autour des préoccupations liées, notamment, à la consolidation et au développement du marché financier ainsi qu’aux voies et moyens devant lui permettre de jouer pleinement son rôle d’accompagner le développement économique sous régionale », a – t-il déclaré.

Par la suite, il décliné les défis que le marché financier sous-régional doit face. « Compte tenu du potentiel économique de la sous-région, le travail à faire demeure colossal pour réaliser un renforcement qualitatif des capacités des acteurs et intervenants du marché et un accroissement du nombre et du volume des opérations d’appel public à l’épargne aussi bien par les Etats que par les entreprises », a-t-il relevé.

En effet, pour relever ces défis, la Cosumaf bénéficie de l’appui des partenaires au développement, à savoir la Banque mondiale et la Banque africaine de développement qui l’aident dans l’élaboration des textes relatifs à la finance verte et au financement participatif.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here