Accueil HYDROCARBURES L’Angola veut attirer davantage d’investissements directs étrangers pour son secteur pétrolier et...

L’Angola veut attirer davantage d’investissements directs étrangers pour son secteur pétrolier et gazier

Le ministre angolais des Ressources minérales et du Pétrole, Diamantino Pedro Azevedo.

Le pays est engagé dans un ambitieux processus qui vise à attirer davantage des investissements dans ce secteur du pétrole et du gaz. 

A Londres, le 21 janvier dernier, le ministre angolais des Ressources minérales et du Pétrole, Diamantino Pedro Azevedo a confirmé cette tendance. Selon lui, les premiers succès engrangés portent sur les réductions de coûts importantes pour la Sonangol. En effet, poursuit-il, « elles ont conduit le gouvernement à décider d’inscrire jusqu’à 30% de la société. Selon le gouvernement, elles devraient permettre à l’entreprise, non seulement de lever des fonds pour l’investissement, mais aussi d’accroître son avantage concurrentiel ».

D’autres réformes portent sur la privatisation des filiales de Sonangol qui n’appartiennent pas à l’activité principale d’exploration et de production de Sonangol. Ce processus de privatisation offre des opportunités importantes aux nouveaux entrants dans le secteur pétrolier et gazier angolais. Les projections initiales font état de flux d’investissements étrangers directs pouvant atteindre 10 milliards de dollars au cours des trois prochaines années, alors que des acteurs externes prennent la relève de Sonangol dans ses précédents rôles de services de soutien précédemment.

Dans le cadre de la poursuite de ce processus, le ministère des Ressources minérales et du Pétrole s’est associé à Africa Oil & Power, la principale plate-forme du continent pour les investissements et les politiques énergétiques. Cela, afin de promouvoir et d’attirer les investissements étrangers directs dans ce qui est l’un des les plus grandes économies d’Afrique.

Dans ce cadre, la seconde édition de conférence et exposition Angola Oil & Gas (AOG) prévue les 16 et 17 juin 2020, au Talatona Convention Center à Luanda, servira de référence d’un effort d’investissement international visant à proposer de nouvelles offres et à recruter de nouveaux entrants dans le secteur pétrolier et gazier angolais. Cette édition sera ét-offgée d’une campagne mondiale pour présenter des opportunités à un public ciblé d’investisseurs concernés.

Selon James Chester, PDG par intérim d’Africa Oil & Power. «Africa Oil & Power, « Grâce aux réformes radicales du président, l’Angola a entrepris une campagne ambitieuse pour attirer les investissements étrangers directs ». Il indique en outre que «Africa Oil & Power est fier de soutenir ces efforts en cours avec une campagne promotionnelle mondiale. La conférence et exposition AOG, qui est devenue un événement d’investissement incontournable et inégalé, fournira un point d’ancrage solide pour l’initiative 2020. ».

Par ailleurs, les entrées de capitaux dans des projets bancables seront un objectif principal de l’effort AOG 2020. Les initiatives en cours qui seront promues comprennent le cycle de licences pétrolières et gazières, le développement de champs marginaux, la monétisation du gaz et des projets attrayants tout au long de la chaîne de valeur, y compris l’appel d’offres international pour la raffinerie Soyo et la montée en puissance des raffineries Cabinda et Lobito.

Pour rappel, la première édition de AOG s’est tenue juin 2019. Elle a connu un franc succès, avec au compteur de plus de 1700 délégués, 67 conférenciers et près de 50 exposants. La deuxième édition qui se tiendra les 16 et 17 juin 2020, au Talatona Convention Center à Luanda a déjà été officiellement approuvée par le ministère des Ressources minérales et du Pétrole.

Elle ambitionne d’étendre sa taille, son ampleur et son prestige. Ancré par un programme VIP de hauts fonctionnaires et de PDG mondiaux, elle sera le premier lieu de rassemblement pour conclure des accords et créer des réseaux. Les échanges porteront sur l’exploration et les licences pétrolières et gazières en mer, la monétisation du gaz, l’entrée sur le marché, la facilité de faire des affaires en Angola, la numérisation et les technologies des champs pétroliers.

Des opportunités émanant du projet de pour gaz naturel liquéfié (GNL) de deux milliards de dollars récemment approuvé par un consortium de cinq sociétés pétrolières dirigé par ENI, seront également présentées. Cerise sur le gâteau, la conférence métra un accent sur la numérisation et la technologie de pointe sur le secteur du pétrole et du gaz angolais.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here