Accueil FINANCES Zone CEMAC : Seuls deux critères de convergence sur quatre ont été...

Zone CEMAC : Seuls deux critères de convergence sur quatre ont été respectés par les pays en 2018

DR.

Autrement dit, les pays de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC) éprouvent beaucoup de peine à respecter les critères de convergence établis par la BEAC, dans le cadre de la surveillance multilatérale.

Ce dispositif rénové en janvier 2016 vise à inciter les États membres à mettre en œuvre des politiques budgétaires contra-cycliques. L’évaluation de la convergence multilatérale au titre de l’année 2018 s’est faite sur la base de ces critères du dispositif rentré en vigueur le 1er janvier 2017. Le ratio solde budgétaire de référence sur PIB nominal de la CEMAC a été déficitaire de 2,8 % en 2018, en deçà de la norme de -1,5 %.

Quatre pays ont respecté ce critère. Il s’agit la RCA (0,7 %), le Gabon (-1,3 %), la Guinée Équatoriale (0,1 %) et le Tchad (-0,8 %). Pour le Cameroun et le Congo, il a été respectivement de – 4,3 % et – 5,6 %.

Le taux d’inflation annuel moyen de la CEMAC s’est situé en-dessous de la norme communautaire à 2,2 % en 2018, contre 0,9 % en 2017. A l’exception du Gabon et du Tchad où les taux d’inflation enregistrés ont été respectivement de 4,8 % et 4,0 %, tous les autres pays de la CEMAC ont respecté ce critère avec des niveaux variant entre 1,1 % et 2,1 %.

Pour ce qui est du stock de la dette publique intérieure et extérieure rapporté au PIB nominal, il est resté en-dessous du seuil communautaire de 70 % du PIB dans l’ensemble des Etats membres à l’exception du Congo où il s’est établi à 93,5 %. Toutefois, il a été en nette amélioration en 2018 dans ce pays comparé à 2017 et 2016 où il s’est situé respectivement à 127,2 % et 120,8 %.

S’agissant du critère relatif à l’absence d’arriérés de paiement qui consiste, d’une part, en la non-accumulation des arriérés de paiements intérieurs et extérieurs sur la gestion courante et d’autre part, en l’apurement du stock d’arriérés de paiements existant conformément au plan validé et publié par les Autorités nationales.

L’évaluation pour l’exercice budgétaire 2018 comme en 2017 a uniquement porté sur sa première composante. Ainsi, le critère relatif à la non-accumulation d’arriérés de paiements intérieurs et extérieurs au cours de la gestion courante n’a été observé par aucun Etat membre en 2018. Certains Etats, en l’occurrence le Congo, le Gabon et le Tchad, ont accumulé les arriérés de paiements sur le service de la dette extérieure.

En définitive, la Communauté a observé en 2018 deux critères de convergence sur quatre, à savoir ceux relatifs à l’inflation et à l’endettement. La RCA et la Guinée Équatoriale ont respecté tous les critères, à l’exception de l’absence d’arriérés de paiements.

Le Cameroun, le Gabon et le Tchad ont observé deux critères, ceux relatifs à l’endettement et à l’inflation pour le Cameroun, et ceux concernant le solde budgétaire de référence et l’endettement pour le Gabon et le Tchad. Le Congo, a observé un seul critère, celui relatif à l’inflation.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here