Accueil DEVELOPPEMENT Zone CEMAC : La croissance est estimée à 2,7 % en 2019,...

Zone CEMAC : La croissance est estimée à 2,7 % en 2019, contre 1,8 % en 2018

DR.

Les prévisions actualisées de l’activité économique de la CEMAC indiquent que la croissance économique progresserait, avec un taux de croissance de + 2,7 % en 2019, contre 1,8 % en 2018. Cela, en lien avec une production pétrolière plus vigoureuse et une hausse plus importante de la production non pétrolière.

L’activité

Cette croissance résulterait du dynamisme moins prononcé dans le secteur non pétrolier, dont la contribution reviendrait à 1,9 % et dans le secteur pétrolier avec une contribution en recul à 0,8 %. Le secteur pétrolier enregistrerait une croissance de + 4,4 % en 2019 contre + 1,2 % en 2018. Le secteur non pétrolier quant à lui connaîtrait une croissance de + 2,3 % en 2019, après + 1,9 % en 2018.

Du point de vue de la demande, la croissance économique en 2019 serait principalement tirée par la demande extérieure nette. La participation de la demande intérieure à la croissance se contracterait à + 1,2 point, contre + 2,3 points en 2018.

Ce recul de la contribution de la demande intérieure serait compensé par un apport en augmentation de la demande extérieure nette de + 1,5 point, contre – 0,6 point en 2018. Du côté de l’offre, le secteur primaire demeurerait le principal moteur de la croissance en 2019, avec une contribution de + 1,7 point, suivi du secteur tertiaire, avec + 0,7 point, puis du secteur secondaire, avec une contribution de 0,4 point.

Indice des prix

Cette relative stabilisation des pressions inflationnistes à moyen terme résulterait principalement de la bonne tenue de la production vivrière et de l’élevage ainsi qu’à la détente des pressions inflationnistes au Gabon, en Guinée Equatoriale et au Tchad, en lien avec les mesures de lutte contre la vie chère entreprises par les gouvernements.

En revanche, des pressions inflationnistes toujours persistantes au Cameroun et au Congo, en relation avec certaines rigidités dans le secteur agricole, devraient constituer les principaux facteurs de hausse du niveau général des prix dans la sous-région.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here