Accueil FINANCES Mobilisation des ressources non pétrolières : une équation difficile à résoudre pour...

Mobilisation des ressources non pétrolières : une équation difficile à résoudre pour les pays d’Afrique centrale

DR.

Les pays d’Afrique centrale peinent à mobiliser les ressources intérieures non pétrolières, pourtant moins assujetties aux aléas des cours internationaux.

En 2018, les recettes publiques n’ont pas couvert les dépenses publiques, expliquant ainsi le déficit budgétaire enregistré, estimé à 2,1 % du PIB. Les projections pour 2019 indiquent une légère baisse des recettes publiques qui devraient s’établir à 16 % du PIB.

Les déficits budgétaires dans les autres pays de la région sont inférieurs à 20 % du PIB, sauf au Congo, où ils ont atteint un niveau record de 33 % du PIB en 2018 et devraient atteindre 36 % en 2019. Cette amélioration au Congo s’explique par la hausse attendue des cours du pétrole et de la production de pétrole due au projet Moho Nord.

L’épargne nationale brute en Afrique centrale s’estime à 16 % du PIB en 2018, contre 5 % en 2016 et 12 % en 2017. Elle devrait atteindre 17 % en 2019, avec un environnement international favorable et la hausse du pétrole. L’assainissement budgétaire par les gouvernements régionaux est un autre facteur contributif.

La région a ainsi un besoin urgent d’accroître ses recettes fiscales, et en particulier ses recettes non pétrolières, afin d’assurer une meilleure résilience et de réduire son exposition aux fluctuations des cours des matières premières exportées.

Pour accroître leurs recettes fiscales, les pays doivent identifier les activités présentant un potentiel d’imposition élevé, réexaminer le cadre juridique et reformuler la politique fiscale, évaluer les institutions pertinentes et renforcer la bonne gouvernance, diversifier la production afin de réduire la dépendance à l’égard des ressources naturelles.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here