Accueil FINANCES Zone CEMAC : Les finances publiques connaîtront une nette évolution en 2019

Zone CEMAC : Les finances publiques connaîtront une nette évolution en 2019

DR.

En termes de recettes et de dépenses, les grandes tendances prévisionnelles des finances publiques en 2019 seront marquées par quatre principaux éléments.

Une hausse des recettes budgétaires

Elles passeront de 2,7 % à 9 358,8 milliards de FCFA, tirée par l’accroissement des recettes non pétrolières de 4,3 % à 5 530,0 milliards de FCFA, contre 5 300,9 milliards de FCFA en 2018. La progression des recettes non pétrolières résulterait d’une bonne mobilisation des recettes fiscales, en hausse de 4,8 % à 5 049,7 milliards de FCFA, qui a plus compensée le recul de 0,2 % des recettes non fiscales à 479,9 milliards de FCFA.

L’élargissement de l’assiette fiscale conjuguée avec les réformes des pouvoirs publics, notamment la dématérialisation pour une meilleure collecte de l’impôt soutiendraient cette dynamique des recettes non pétrolières qui profiteraient de l’accélération de l’activité non pétrolière.

De son côté, l’accroissement des recettes pétrolières de 0,4 % à 3 828,8 milliards de FCFA, en lien avec l’évolution haussière de la production pétrolière conjuguée avec l’appréciation du dollar par rapport à l’euro qui tempèrerait l’effet de la baisse des cours du pétrole brut devraient accentuer la dynamique des recettes publiques.

Une baisse des dépenses budgétaires

L’on table sur une baisse  de -3,5 % à 9 319,3 milliards de FCFA, en relation avec le repli des dépenses courantes de 0,2 % à 6 646,8 milliards de FCFA, conjugué avec un recul des dépenses en capital de 10,9 % à 2 672,5 milliards.

La chute des dépenses en capital sur ressources intérieures, de 28,8 % à 1 3101,6 milliards de FCFA, non compensée par un accroissement des dépenses en capital sur ressources extérieures, de +17,0 % à 1 370,9 milliards de FCFA, en lien avec les programmes d’ajustement en cours de réalisation.

Une progression de l’excédent du solde primaire

Cette composante passerait de 2,5 % du PIB en 2018 à +3,8 % du PIB en 2019, et un excédent du solde budgétaire de base qui remonterait de 1,2 % du PIB en 2018 à 2,5 % du PIB en 2019.

Un solde budgétaire base engagements, dons compris excédentaire

Le solde budgétaire base engagements, dons compris, deviendrait excédentaire de 39,5 milliards de FCFA  (+0,8 % du PIB en 2019), après un déficit de 176,5 milliards (-0,3 % du PIB en 2018).

Dans ces conditions, les pays de la CEMAC mobiliseraient des financements extérieurs d’environ 2 467,0 milliards, des allègements de dette extérieure de près de 130 milliards, et des ressources monétaires nettes de l’ordre de 610,7 milliards, en plus de l’excédent budgétaire attendu.

Ces ressources leur permettraient d’apurer des arriérés de paiement de 1 103,6 milliards et d’amortir la dette extérieure à hauteur de 1 562,6 milliards, et de se désengager vis-à-vis du système non bancaire à hauteur de 581,0 milliards.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here