Accueil GOUVERNANCE Le FMI dresse des perspectives favorables sur le Gabon

Le FMI dresse des perspectives favorables sur le Gabon

Le Premier ministre, Julien Nkoghe Bekale devisant avec le représentant-résident du FMI au Gabon, Marcos Poplawski-Ribeiro.

Le constat a été fait par le représentant-résident du Fonds monétaire international (FMI) au Gabon, Marcos Poplawski-Ribeiro, à la faveur d’une audience avec le PM, Julien Nkoghe Bekale, ce 20 novembre 2019.

Deux principales leçons sont à tirer de cet entretien. La première fait état d’une évolution normale du programme avec le FMI. Tandis que la seconde révèle une de la situation économique du pays connaît même une certaine embellie.

Venu faire le point sur la situation macroéconomique actuelle du Gabon et sur les programmes conclus entre le Gabon et le FMI, Marcos Poplawski-Ribeiro a indiqué au sortir des échanges avec le PM que le Gabon a réalisé d’importants progrès.

Autrement dit, d’après lui, l’activité économique du pays avance très positivement avec un taux de croissance de 3.4 %. Lequel taux devrait atteindre 3,8 % en 2020. Dans le même temps, le chiffre d’affaires des entreprises commence à s’améliorer.

Selon Marcos Poplawski-Ribeiro les efforts menés pour améliorer le climat des affaires sont considérables. Ils portent entre autres sur la création d’un compte à la Banque centrale, la promulgation de la loi sur les investissements et sur le code pétrolier et minier.

L’objectif, indique-t-il, étant d’inciter les opérateurs économiques à s’investir d’avantage au Gabon. En outre, de l’avis du représentant-résident du Fonds, le Gabon est le grand récepteur des investisseurs étrangers dans la sous-région.

Quant à la conclusion des quatrièmes et cinquièmes revues du programme, M. Poplawski-Ribeiro fait savoir qu’elle est sur la bonne voie. D’après lui, des progrès significatifs ont été réalisés en ce sens.

Pour la bonne gouverne, l’économie gabonaise avait subi le contrecoup de la chute des cours des matières premières intervenue en 2014. Pour compenser la perte des recettes pétrolières dont dépend son économie, les autorités gabonaises avaient conclu avec le FMI en décembre 2017 un programme d’appui budgétaire.

Ce programme prévoit une enveloppe de près de 380 milliards de francs FCA. Depuis lors, l’institution de Breton Woods soumet le pays à une série de revues assorties de recommandations.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here