Accueil GOUVERNANCE La CEMAC compte attirer davantage d’investissements japonais pour les projets intégrateurs

La CEMAC compte attirer davantage d’investissements japonais pour les projets intégrateurs

DR.

Cette nouvelle approche a été déclinée lors de la 7e édition de la Conférence internationale de Tokyo sur le Développement de l’Afrique (TICAD 7), tenu le mois dernier à Tokyo au japon.

Lors du segment des discussions concernant le soutien aux initiatives prises par l’Afrique, le japon affiché plusieurs bonne intentions au profit du continent. A cet effet, le pays entend soutenir les initiatives prospectives en faveur de la paix et de la stabilité, condition indispensable à la croissance, à l’investissement et à l’amélioration de la qualité de vie à travers la Nouvelle approche pour la paix et la stabilité en Afrique (NAPSA).

La vision Nippon est de développer des institutions telles que celles en charge de la gestion électorale et le système administratif. En outre, le Japon va fournir des équipements de sécurité, renforcer les capacités à travers 15 centres d’entraînements aux opérations de maintien de la paix et de soutenir les réfugiés, les personnes déplacées à l’intérieur de leur pays et prévenir la radicalisation des jeunes par le soutien à la société civile et aux communautés.

Cette liste non exhaustive des actions que l’empire du soleil levant compte poser dans les deux prochaines années, n’a pas manqué de susciter l’intérêt du président de la Commission de la CEMAC.

Aussi, le Pr Daniel Ona Ondo a relevé que le plan d’action du TICAD 7 cadre parfaitement avec les priorités identifiées dans le Programme Économique Régionale (PER), duquel découlent les projets intégrateurs.

De fait, il a considéré que l’abondante enveloppe du TICAD pourrait permettre de donner un coup de fouet aux projets infrastructurels, énergétiques et agricoles dans la sous-région Afrique centrale.

Les contacts de haut niveau noués permettront, a-t-il conclu, de mettre les départements techniques de la Commission au travail pour que la CEMAC puisse tirer profit des nombreuses opportunités de financement que le Japon met à disposition de tout le continent.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here