Accueil INTEGRATION La CEA veut s’assurer du suivi et d’une parfaite mise en œuvre...

La CEA veut s’assurer du suivi et d’une parfaite mise en œuvre de la ZLECAf

David Luke, Coordinateur du Centre de politique commerciale pour l’Afrique.

Dans ce cadre, l’institution va lancer un Indice-Pays des affaires afin de mesurer et suivre la mise en œuvre de la de la Zone de Libre-Echange Continentale Africaine (ZLECAf)

Du 2 au 3 septembre dernier à Addis-Abeba (Ethiopie), la Commission économique pour l’Afrique (CEA) a convoqué une réunion d’experts en vue d’examiner de manière critique et enrichir la méthodologie développée pour la production de l’Indice-Pays des Affaires dans le cadre de la ZLECAf.

Cette initiative devrait constituer une réponse aux nombreuses contraintes liées aux coûts des échanges commerciaux élevés, aux cadres réglementaires divergents et aux problèmes de gouvernance qui compromettent l’efficacité de leurs opérations sur le continent africain auxquelles, les entreprises sont actuellement confrontées.

Car pour la CEA, ‘’il est attendu que ces difficultés soient résolues par une mise en œuvre effective de l’Accord portant création de la ZLECAf’’. Dans ce contexte, poursuit l’institution, ‘’il s’avère nécessaire de développer des outils et instruments robustes pouvant aider les Etats à évaluer l’expérience des entreprises et l’efficacité des mesures visant à accroître leur compétitivité au sein de la zone de libre-échange’’.

Selon David Luke, Coordinateur du Centre de politique commerciale pour l’Afrique, « L’Indice-Pays contribuera non seulement à une meilleure compréhension des défis auxquels sont confrontés les opérateurs du secteur privé et les négociants de différentes tailles dans leurs échanges transfrontaliers, mais il fournira également au secteur privé un outil permettant d’exprimer ses défis aux décideurs ».

Abondant dans le même sens, Prudence Sebahizi, Conseiller technique principal et chef de l’Unité ZLECAf de la Commission de l’Union africaine a, de son côté noté que «l’Indice devrait être conçu de manière à compléter d’autres initiatives et outils, dont l’Observatoire africain du commerce et le système panafricain de paiement et de règlement visant à appuyer la mise en œuvre de la ZLECAf ».

Avant d’exhorter les experts à affiner la méthodologie à l’aide d’indicateurs facilement mesurables et compréhensibles pour appuyer les décisions politiques visant à maximiser les avantages de la ZLECAf pour le secteur privé.

Cette réunion a donné l’occasion de faire un examen critique de l’Indice-Pays. Ainsi, des pistes d’amélioration ont été suggérées par les participants, ses dimensions et ses indicateurs.

Autrement dit, selon la CEA, l’Indice-Pays se veut un instrument d’enquête proposé pour la collecte de données auprès d’entreprises privées et publiques engagées dans des activités transfrontalières en Afrique a également été évalué.

Par ailleurs, la méthodologie proposée pour la production de l’Indice-Pays sera affinée et testée dans une sélection de pays, dont le Cameroun et la Zambie, et sera validée au mois de novembre 2019. En clair, cette réunion d’experts s’intègre dans un projet plus vaste visant à approfondir l’intégration commerciale de l’Afrique grâce à la mise en œuvre effective de la ZLECAf.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here