La Chine renforce sa présence sur le continent africain grâce à des investissements dans le secteur énergétique.

Au terme d’une visite de travail d’une semaine à Pékin où elle a rencontré des hauts responsables du gouvernement chinois, des chefs d’entreprises énergétiques nationales, des dirigeants et des entrepreneurs du secteur privé, la Chambre africaine de l’énergie a annoncé que Pékin allait investir 1,4 milliard de dollars dans des «projets bancables » en Afrique ; énergies renouvelables, pétrole et gaz sont notamment concernés par ces investissements.

Au cours des réunions avec de grandes entreprises énergétiques chinoises et des institutions financières, la Chambre africaine de l’énergie a discuté de la signature d’accords et de contrats gagnant-gagnant qui permettront à l’énergie de fonctionner pour l’Afrique tout en offrant aux investisseurs chinois des opportunités attrayantes et enrichissantes.

« La transformation économique de la Chine au cours des dernières décennies est tout simplement remarquable », a déclaré Nj Ayuk. Et d’ajouter : « Ce que ce pays a accompli est une source d’inspiration pour l’Afrique, où nos dirigeants doivent encore sortir des centaines de millions d’Africains de la pauvreté et nous fournir un développement économique durable pendant des décennies. La Chine et l’Afrique partagent des défis très similaires, et le message que la Chine nous envoie est que s’ils peuvent le faire, nous le pouvons aussi. »

Alors que la demande de GNL augmente de jour en jour en Chine, l’Afrique a un rôle à jouer pour satisfaire cette demande. En 2018, la Chine a utilisé 276,6 milliards de mètres cubes de gaz naturel, soit une augmentation de 16,6% par rapport à 2017. Au cours de réunions, la Chambre a discuté avec des entreprises chinoises de la nécessité d’investir dans l’exploration gazière et de travailler également à des initiatives africaines telles que LNG2Africa qui sont une solution gagnante pour l’Afrique et la Chine.

Au cours de ses réunions, la Chambre africaine de l’énergie a rassemblé des engagements d’un montant de plus de 1,4 milliard de dollars d’investissements dans des projets susceptibles d’être financés en Afrique dans les secteurs des mines, du pétrole et du gaz, de l’électricité et des énergies renouvelables.

« Le plus grand encouragement pour nous est qu’au-delà de leur appétit d’investissement pour l’Afrique, les entreprises chinoises expriment clairement leur intention d’investir dans la promotion du contenu local et le renforcement des capacités de fabrication locales », a ajouté Nj Ayuk. Outre les projets pétroliers et gaziers et miniers en amont, des opportunités de financement des infrastructures de raffinage et de stockage ont également été abordées.

Compte tenu du vif intérêt chinois pour l’Afrique et des demandes de ses partenaires chinois, la Chambre accueillera le premier Forum d’investissement énergétique Chine-Afrique en 2020 à Beijing.

Distribué par APO Group pour African Energy Chamber.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here