Accueil FINANCES Zone CEMAC : Les bons points du marché interbancaire pour le refinancement...

Zone CEMAC : Les bons points du marché interbancaire pour le refinancement des banques

DR.

Dans son rapport sur la politique monétaire, la Banque centrale (BEAC) explique que cette piste a amené les établissements de crédit à moins solliciter son appui.

Selon la banque des Etats de l’Afrique centrale (BEAC), le volume des transactions entre les banques commerciales de la zone CEMAC ont augmenté ces derniers mois. En effet, selon le rapport sur la situation monétaire de la sous-région publié récemment par la banque centrale, le marché interbancaire s’est établi, à fin mai 2019, à 377,1 milliards de F contre 72,8 milliards de F un an auparavant. Soit une augmentation de près de 274 %.

Cette hausse s’explique, selon la Beac, par des mesures prises pour favoriser une forte croissance du nombre de transactions et des montants échangés sur le marché interbancaire, tant au niveau national que régional.

Il s’agit par exemple du démarrage effectif du nouveau cadre opérationnel de la politique monétaire en juin 2018, qui a permis l’amélioration du dispositif de reporting des informations sur les transactions interbancaires. Mais aussi de l’évolution du système d’information avec la mise en production de l’application DEPO/X à partir de laquelle les différentes parties peuvent désormais effectuer leurs échanges. Cette belle performance du marché interbancaire a ainsi poussé les banques à moins solliciter la BEAC.

En effet, le rapport indique le volume global des injections a reculé. Entre juin 2018 et mai 2019, l’enveloppe sollicitée pour cette opération a été réduite de 175,6 milliards.

« Le volume moyen des offres exprimées par les établissements de crédit au titre de cette opération a baissé de 175, 6 milliards en mai 2019 à 327,3 milliards en juin 2018, matérialisant une réduction progressive de leur dépendance vis-à-vis des ressources de la Banque centrale », peut-on lire dans le rapport.

D’ailleurs, même le nombre de participants aux opérations hebdomadaires de sollicitation de liquidités auprès de la Beac a baissé, passant de 19 en juin 2018 à 6 en mai 2019.

La situation des encours moyens (somme totale d’argent représentant l’actif et le passif qu’une entreprise détient ou a emprunté à un moment précis) relatifs à l’opération d’apports de liquidités aux banques est de 1,5 milliard à mai 2018, contre 26,5 milliards en juin 2018 pour ce qui est Cameroun par exemple.

Mais cela ne décourage pas la Banque centrale, puisque jusqu’au 5 septembre prochain, elle invite les banques de la sous-région à souscrire à l’avis d’appel d’offres de liquidités de 60 milliards de F lancé le 28 août dernier.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here