Accueil AGRO Gabon : A la recherche des opportunités de création d’emplois et d’entreprises...

Gabon : A la recherche des opportunités de création d’emplois et d’entreprises dans les chaînes de valeurs agricoles

DR.

Cette initiative vise à accroître les synergies entre acteurs en vue d’accélérer l’employabilité des jeunes et la création d’entreprises dans les chaines de valeur agricoles au Gabon.

L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), le gouvernement gabonais et les parties prenantes du secteur agricole réfléchissent sur les opportunités de création d’emplois et d’entreprises dans les chaînes de valeurs agricoles.

Dans ce cadre, le 07 août dernier, dans le cadre de ses traditionnelles rencontres thématiques, la FAO en compagnie du gouvernement, des partenaires techniques et financiers, du secteur privé et de la confédération gabonaise des Juniors entreprises a analysé les facteurs déterminants de l’employabilité des jeunes dans les chaines de valeur agricoles. Cette rencontre a également permis de présenter les dispositifs institutionnels existants consacrés à la création et à l’accompagnement des porteurs de projets d’entreprises.

Car, confronté aux défis de la diversification de son économie, le Gabon avec l’appui de ses partenaires au développement a initié des réformes en vue d’améliorer le climat des affaires et optimiser la valorisation de l’offre et des compétences nationales sur le marché du travail à destination des entreprises.

Les institutions clés en la matière telles que l’Agence nationale pour la promotion des investissements (ANPI) et l’Office national pour l’emploi (ONE) ont pris part à cette rencontre. Le représentant de l’ANPI a par exemple souligné la nécessité d’améliorer la gouvernance interne des jeunes entreprises, souvent individuelles, et l’atteinte de la taille critique en termes de part sociale.

Celui de l’ONE a quant à lui indiqué que sa structure met à la disposition des jeunes porteurs de projet, le programme ONE-Entreprendre. ‘’Ce nouveau dispositif est destiné en priorité aux jeunes de 18-35 ans intéressés par l’auto-emploi et la création des très petites entreprises. ONE entreprendre accompagne le promoteur de projet à hauteur de 90% de son coût’’, a-t-il indiqué.

A son tour, le représentant du ministre de l’Agriculture, le Directeur général de l’agriculture, Max Auguste Oussou, a réitéré la volonté du gouvernement de mettre en place un dispositif plus favorable à des formations professionnelles spécialisées assurant de meilleurs débouchés dans un environnement où le chômage des jeunes diplômés de l’enseignement général est une réalité.  L’extension des incubateurs agricoles au-delà des provinces déjà couvertes par le dispositif existant est un signe fort de cette volonté.

« Il nous faut changer de paradigmes et prendre des mesures en vue de l’accroissement de la production nationale en lieu et place des importations massives et non productives », a-t-il souligné. Avant d’indiquer que ‘’Cela revient à accélérer la mise en œuvre des dispositifs d’accompagnement administratifs, techniques et financiers des promoteurs de projets agricoles, en particulier les jeunes, et de leur offrir l’environnement institutionnel favorable à la création d’emplois et de richesse’’.

Il est à noter que le groupe thématique sur « jeunes et opportunités d’emploi dans les chaines de valeurs agricoles » fait suite à un atelier sous- régional sur la même thématique organisée conjointement par la FAO et la CEEAC et à une série de séminaires nationaux consacrés à l’entreprenariat.

Dans son intervention, le Représentant de la FAO au Gabon, Hélder Muteia, a noté que « pour relever le défi structurel de la création d’emplois décent dans le secteur agricole, le Gabon doit renforcer son offre et son dispositif de formation professionnelle ainsi que l’amélioration de son environnement des affaires ».

Selon lui, le secteur privé présent à cette rencontre par le biais des institutions de micro-finance, des banques commerciales et du patronat gabonais dispose d’atouts financiers adaptés aux besoins de financement des acteurs des chaines de valeur agricoles en particulier des jeunes entrepreneurs. Occasion pour le représentant du patronat d’annoncer la mise en place d’une fondation pour entrepreneuriat au Gabon. Il a également insisté sur le fait que la création d’entreprise repose sur une dynamique de groupe et un lien social (familial, associatif) entre les associés. C’est ce lien social qui est le ciment de la confiance entre associés et qui soutient la notion de gestion partagée du risque

Au final, Hélder Muteia a réitéré la disponibilité de la FAO à poursuivre sa collaboration avec l’ensemble des partenaires dans le cadre du développement de l’entreprenariat des jeunes dans les chaines de valeurs agricoles au Gabon.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here