Accueil GOUVERNANCE Zone CEMAC : Les comptes extérieurs resteraient fragiles en 2019

Zone CEMAC : Les comptes extérieurs resteraient fragiles en 2019

DR.

Selon le rapport sur la politique monétaire de la Banque centrale, en 2019, le déficit du compte courant doublerait pratiquement pour s’établir à 3 406,5 milliards (-6,1 % du PIB) contre -1 861,5 milliards (-3,4 % du PIB), un an auparavant, au lieu -2 663,8 milliards initialement prévu (-5,0 % du PIB).

Pour la BEAC, Ce creusement du déficit résulterait principalement de la contraction de l’excédent commercial et de l’accentuation du déficit des revenus. La balance commerciale globale de la CEMAC ressortirait excédentaire à 5 408,4 milliards en 2019, contre 6 915,3 milliards en 2018.

Ce recul résulterait essentiellement d’une contreperformance des ventes du pétrole brut (-4,9 %, à 10 593,4 milliards) et de manganèse (-24,9 % à 673,0 milliards). Cette évolution serait renforcée par l’augmentation des importations de 2,5 % à 10 076,7 milliards en 2019, soutenue essentiellement par un rebond des achats dans le secteur pétrolier.

Les termes de l’échange se dégraderaient de 12,3 % en 2019 contre +9,7 % en 2018, au lieu de -8,8 % attendu initialement, du fait de la baisse de 12,2 % des prix des exportations, combinée à une quasi- stagnation de ceux des importations (+0,2 %).

De son côté, le déficit de la balance des services se contracterait légèrement à 5 390,9 milliards en 2019, contre 5 496,9 milliards en 2018, tandis que celui de la balance des revenus, s’établirait à 3 780,2 milliards en 2019, contre 3 559,1 milliards un an auparavant. Quant à l’excédent des transferts courants, il remonterait de 279,4 milliards en 2018 à 356,2 milliards en 2019.

Le solde du compte de capital et d’opérations financières ressortirait fortement excédentaire à 4 194,9 milliards (7,5 % du PIB) en relation avec une meilleure mobilisation des Investissements directs étrangers nets (+21,5 à 3 441,2 milliards). Au total, le solde global de la balance des paiements ressortirait excédentaire à hauteur de 776,6 milliards en 2019, contre 627,4 milliards en 2018. Il permettrait notamment de soutenir les réserves de change d’environ 730,6 milliards (au lieu de 305,9 milliards), le reste étant constitué des financements exceptionnels de près de 46 milliards.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here