Accueil BANQUES - FINANCES Zone CEMAC : Le secteur de la micro-finance affiche une légère baisse...

Zone CEMAC : Le secteur de la micro-finance affiche une légère baisse des activités

DR.

Selon la Banque des Etats de l’Afrique centrale (BEAC), le secteur de la micro-finance de la CEMAC affiche une légère baisse de ses activités, tandis que sa situation prudentielle demeure préoccupante.

Au 30 septembre 2018, le secteur de la micro-finance de la CEMAC compte 619 Etablissements de micro-finance (EMF) agréés et en activité, dont 412 au Cameroun, 11 en Centrafrique, 57 au Congo, 14 au Gabon, 03 en Guinée Equatoriale et 122 au Tchad.

À la date sous revue et sur la base des déclarations effectuées par 481 EMF déclarants, les principaux agrégats de l’activité ressortent un total du bilan d’environ 1 103 milliards de FCFA, en baisse de 5% en glissement annuel. L’on observe aussi un encours de crédits bruts à hauteur de 493 milliards de FCFA, constitués principalement des crédits à court terme.

A ces indicateurs, s’ajoutent : un montant de dépôts de la clientèle de 774 milliards de FCFA, composés pour l’essentiel de dépôts à vue ; une qualité du portefeuille de crédit préoccupante caractérisée par des créances en souffrance déclarées de 90 milliards de francs CFA, 18% de l’ensemble des crédits bruts et un excédent de trésorerie évalué à près de 416 milliards de francs CFA et un excédent de trésorerie évalué à 416 milliards de FCFA.

Relative stabilité des données statistiques du secteur

Entre septembre 2017 et septembre 2018, le nombre de clients et de membres des EMF de la CEMAC est passé de 2,7 millions à 2,5 millions, soit une baisse de 9% ; le Cameroun et le Congo détenant le plus grand nombre de clients et de membres, avec respectivement 65% et 18% du total ; le nombre d’agences et de guichets affiche une baisse de 11% sur la période analysée, passant de 1 963 en septembre 2017 à 1 738 en septembre 2018.

La baisse de cet indicateur est plus marquée au Congo (-48%) et au Tchad (-13). Le Cameroun et le Tchad détiennent le plus grand nombre d’agences et guichets avec respectivement 82% et 8% du total de la CEMAC. Quant au taux débiteur moyen à l’échelle de la CEMAC, il passe de 12,1% à 13,3% entre septembre 2017 et septembre 2018, soit une hausse de 1,2 point.

Au troisième trimestre 2018, les taux débiteurs les plus importants sont pratiqués principalement au Gabon (18,1%), au Cameroun (14,8%) et au Congo (13,4 %). Le taux créditeur moyen dans la CEMAC reste stable sur la période examinée. Dans le même temps, les taux créditeurs en vigueur les plus importants sont observés au Gabon (4%), au Cameroun (3,6%) et au Tchad (3,6%).

Enfin, durant cette période sous-revue, plusieurs normes réglementaires n’étaient pas respectées par les EMF, en particulier et dans un ordre décroissant, le fonds de solidarité, le ratio de couverture des immobilisations, le ratio de couverture des crédits par les ressources disponibles et la norme de liquidité.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here