Accueil GOUVERNANCE Gabon : Pour un audit du patrimoine immobilier de l’État au plan...

Gabon : Pour un audit du patrimoine immobilier de l’État au plan national et à l’étranger

DR.

Dans une de ses récentes analyses de la situation économique du Gabon publiée ce mois de juin 2019, l’analyste économique, spécialiste en contrôle des risques et sécurité financière, Mays Mouissi préconise une optimisation des dépenses publiques et de réalisation des économies budgétaires.

En s’intéressant particulièrement au poids des baux locatifs dans les dépenses publiques, il indique, dans cette analyse « qu’au cours de la dernière décennie, plusieurs administrations publiques ont quitté des bâtiments appartenant à l’Etat. Espaces, où elles n’avaient aucune charge locative, pour s’installer dans des immeubles privés, souvent propriété de personnalités proches du régime ».

Si la charge que représente ces locations pour le budget de l’Etat n’est pas connue avec exactitude, le chiffre de 20 milliards FCFA par an, est régulièrement avancé. En outre, souligne-t-il, « une confusion semble s’être installée sur la propriété de certains immeubles qu’on croyait appartenir à l’Etat, mais dont la presse affirme qu’ils appartiendraient à des tiers ».

L’urgence commande, poursuit-il, « de réaliser sans délai un audit du patrimoine immobilier de l’État au Gabon et à l’étranger ». Selon lui, « l’objectif de cet audit serait de connaitre avec exactitude l’étendue du patrimoine immobilier de l’état, d’identifier les occupants des bâtiments publics, d’en dresser l’état des lieux, d’initier une cartographie actualisée et de la rendre accessible à tous ».

Par ailleurs, « cet audit permettrait de connaitre avec précision les capacités disponibles dans les différents bâtiments publics de chaque localité. Ainsi, l’Etat pourrait initier un redéploiement optimal de ses services en situation de location dans le parc privé et envisager dans certains cas le recours aux open-space », soutient-il.

In-fine, conclu-t-il, « toutes les économies réalisées dans cette optique viendraient réduire les dépenses de fonctionnement de l’Etat et dégager des marges supplémentaires pour l’investissement et le social ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here