Accueil DROITS Gabon : Nestor Mbou aux commandes de la Commission nationale de lutte...

Gabon : Nestor Mbou aux commandes de la Commission nationale de lutte contre l’enrichissement illicite

Nestor Mbou, le nouveau président de la CNLCEI.

Avec pour mission première de réinstaurer l’observation de l’éthique de la gestion des affaires publiques, Nestor Mbou a été renvoyé à l’exercice de ses fonctions de président de la Commission nationale de lutte contre l’enrichissement illicite (CNLCEI), le 25 mai dernier.

Il a, à cet effet prêté serment avec tous les autres nouveaux membres de cette institution, qui en est déjà à sa quatrième mandature. C’était à la faveur d’une audience solennelle devant la Cour de Cassation.

Avant leur installation, le ministre d’État, en charge des Relations avec les Institutions constitutionnelles, par Francis Nkéa a décliné la feuille de route que devra suivre le nouveau promu et ses équipes.

Il s’agit, a-t-il précisé, «de lancer un appel à toutes les composantes du service public à observer l’éthique de la gestion des affaires publiques gage de la transformation et du développement souhaité par tous, dans le contexte de relance économique auquel notre pays est engagé ».

Lors de la cérémonie de passation des charges entre le président entrant, Nestor Mbou, et le sortant en elle-même, occasion a été donnée à Dieudonné Odounga Awassi d’indiquer que : « beaucoup reste à faire au regard de la situation économique de notre pays ». Tout en se gardant de dresser un tableau des ‘’activités réalisées et les difficultés rencontrées’’, au terme de 70 mois à la tête de l’institution,

De ce pas, il a souhaité à la nouvelle mandature, incarnée par Nestor Mbou, magistrat-hors hiérarchie, la « même collaboration » qui lui a été accordée. Car, « le président en a besoin dans notre intérêt et celui de notre État », a-t-il lancé.

Dans le droit fil, Nestor Mbou a non seulement félicité son prédécesseur pour le ‘’travail accompli’’ mais aussi, indiqué qu’il allait s’employer à poursuivre le travail réalisé à la tête de cette institution, tout en comptant sur la ‘’disponibilité du président sortant’’.

En s’appuyant sur sa feuille de route, Nestor Mbou a exhorté toutes les composantes du service publique à observer l’éthique de la gestion des affaires publiques. Cette action s’inscrivait, a-t-il soutenu, « plus que jamais sur le chemin de la bonne gouvernance, gage de la transformation et du développement souhaité par tous (…), dans ce contexte de relance économique auquel notre pays est engagé(…), d’autant plus qu’il mesure la « grandeur des attentes des plus hautes autorités ».

Pour beaucoup plus d’ouverture envers les partenaires multilatéraux

Dans son discours, Nestor Mbou a annoncé de manière claire ses couleurs sur le plan international. « Le FMI a créé en son sein, un département dédié à la lutte contre la corruption, et le Gabon gagnerait à tisser des liens étroits avec cette instance, dans le cadre d’un partenariat technique, au même titre que l’Organisation des Nations Unies, à travers l’ONUDC, et l’Union africaine », a-t-il indiqué.

Selon le ministre d’Etat, Francis Nkéa, la lutte contre la corruption est une priorité pour le Gabon. Ce qui requiert, a -t-il recommandé, « la mise en place d’une stratégie de communication et de reconversion des mentalités » et que « la CNLCEI ne doit pas tergiverser mais agir… »

Pour la bonne gouverne, Créée en 2002 sous la houlette du FMI et de la Banque mondiale, CNLCEI est institution chargée de prévenir et de lutter contre l’enrichissement illicite. Elle comprend dix membres nommés par décret du président de la République pour une durée de cinq ans non renouvelables.

Alexandre Le-grand

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here