Accueil DROITS Gabon / scandale du Kevazingo : Le Vice-président et le ministre...

Gabon / scandale du Kevazingo : Le Vice-président et le ministre d’Etat en charge des forêt limogés

DR.

Le vice-président de la République, Pierre-Claver Maganga Moussavou et le ministre d’Etat en charge des forêts, Guy Bertrand Mapangou viennent de faire les frais du scandale du Kevazingo.

Les deux personnalités étaient déjà en ligne de mire de cette affaire. C’est dire que ce scandale, qui défraie la chronique au Gabon, depuis quelques semaine commence à livrer ses premiers dessous.

Cela, quelques jours seulement après premières mesures conservatoires annoncées par le gouvernement faisant état de la suspension de proches collaborateurs de ministres et de hauts fonctionnaires des eaux et forêts ou encore galonnés de la douane, supposés être impliqués dans la disparition de 353 conteneurs de Kevazingo, bois précieux très prisé, du port d’Owendo.

Face à cette situation, il avait été demandé aux ministres qui auraient trempé dans le scandale de se dénoncer eux-mêmes. Dans le cadre de cette affaire, le Directeur général des douanes, Dieudonné Lewamouo Obissa a été écroué à la prison centrale de Libreville dans le cadre d’une détention provisoire du a indiqué la presse locale.

Son placement en détention pourrait ouvrir une série d’autres parmi la liste de la douzaine de hauts fonctionnaires suspendus à titre conservatoire pour leur implication présumée dans le scandale du Kevazingo. Leur audition a débuté et pourrait se solder par des détentions provisoires.

Pour rappel, le 16 mai dernier, c’est par la voix de sa porte-parole Nanette Longa-Makinda que le gouvernement a révélé la liste des fonctionnaires sanctionnés après les révélations d’Olivier Nzahou, le procureur de la République, sur leur implication présumée dans ce vaste trafic de bois précieux qui secoue la République.

Sur la liste, Lin Mandjoupa et Serge Rufin Okana, respectivement directeur de cabinet et secrétaire général au ministère des Eaux et forêts. Pierre Claver Mfouba et Jeannot Kalima, Directeur de cabinet et secrétaire général au ministre de l’Economie sont également concernés, tout comme un chef de brigade, un Directeur régional des douanes et de hauts fonctionnaires des eaux et forêts.

Sans prendre de gants, le procureur a désigné l’homme d’affaires chinois, François Wu, DG de la «3C Transit », comme le cerveau présumé de cette vaste opération qui a conduit à l’évaporation de conteneurs sous scellés.

Toujours selon le procureur, l’homme d’affaires aurait bénéficié de complicités de hauts fonctionnaires de l’administration. Dans une conférence de presse ce lundi 20 mai, l’avocat de Wu, Me Tony Serge Minko, a nié l’implication de son client absent du Gabon.

Pour le contexte, le 10 mai dernier, le gouvernement annonçait la disparition de 353 conteneurs du port d’Owendo, au sud de Libreville. Placés sous scellés par la justice lors d’une opération largement médiatisée, les conteneurs chargés de Kevazingo, bois rare et précieux très prisé en Asie, s’étaient volatilisés.

Une partie des conteneurs avait été retrouvée tandis qu’une vingtaine d’autres avaient été écoulés sur le marché chinois. Autrement dit, l’affaire du « réseau Kevazingo » est encore très loin de connaître son épilogue.

Alexandre Le-grand

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here