Accueil Non classé Rapport 2018 de la Cours des comptes : L’équipe actuelle pas concernée…

Rapport 2018 de la Cours des comptes : L’équipe actuelle pas concernée…

Une source bien introduite à la mairie de Libreville, apporte des éclairages après des allégations de malversations financières, de l’ordre de près d’un milliard de FCFA révélées  par la Rapport 2018 de la Cours des comptes. 

Le rapport de synthèse de la Cours des comptes couvrant la période 2011 à 2018 continue de faire des remous au sein de la comptabilité publique, et notamment des gestionnaires du budget, des Forces de police nationale, et bien d’autres administrations telles que la commune de Libreville.

Après des investigations menées au sein de cette administration, une source proche de celle-ci, non sans s’insurger contre la lecture approximative dudit rapport, apporte en plus, quelques éclairages tant sur la nature, que le principe de compilation et d’enquêtes de cette juridiction financière.

De prime à bord, elle révèle que ce document couvre sept ans d’investigations, à savoir de 2011 à 2018. En plus, elle concerne le bilan de l’équipe précédente, et non celle actuellement encore en activité.

En outre, poursuit la même source, l’actuelle équipe a pris les rênes de l’institution en 2014, soit trois ans après la date de lancement des investigations de la Cours des comptes. Dans ce cadre, fait -elle remarquer «la gestion de l’actuelle équipe ne serait nullement concernée. Notamment par la gestion de la mairie centrale ou dans les mairies d’arrondissement en 2011 ou en 2012. »

Dans le principe précise-t-elle, « Par conséquent, c’est en fin mars 2019 que le mandat de l’actuelle équipe devrait prend re fin. Or, les enquêtes de la Cours des comptes survenant après la fin du mandat, c’est en fin décembre 2019, que la Cours des comptes devra sortir le bilan de synthèse sur l’exercice de l’actuelle équipe. Mais pas pendant qu’elle est encore en fonction ».

De toute évidence, l’actuelle équipe se dit être victime d’une diffamation savamment orchestrée. Laquelle lui incrimine des détournements de plus d’un milliard de Fcfa à l’Hôtel de ville durant la période 2011 à 2018. En outre, précise-t-elle, « Cette accusation découle d’une lecture peu approximative du rapport de synthèse de la Cours des comptes de Libreville ».

Malgré tout, à l’hôtel de ville de Libreville, l’on garde la tête haute, tout en revendiquant un bilan plutôt appréciable, tant au niveau national qu’international. Notamment avec l’élection, il y a quelques semaines à Marrakech, au Maroc, de la mairesse, Rose Christiane Ossouka Raponda au poste de présidente de l’Association des élus locaux du monde, zone Afrique.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here