Accueil LA UNE La BEAC se montre prudente sur les perspectives économiques régionales

La BEAC se montre prudente sur les perspectives économiques régionales

La Banque des Etats de l’Afrique centrale (BEAC), lors de son Comité de politique monétaire, réuni en sa séance ordinaire du 31 octobre 2018 à Yaoundé, s’est voulu prudente sur les perspectives économiques régionales. Elle indique ainsi : 

– Un regain des activités économiques, avec un taux de +1,7 % en termes réels, contre +0,2 % en 2017, en recul par rapport au taux de +2,5 % projeté précédemment sous l’effet d’un dynamisme plus modéré des activités économiques dans le secteur non pétrolier ;

– Une remontée des tensions inflationnistes, avec un taux de +1,7 % à fin décembre 2018, en légère hausse par rapport à la prévision révisée (+1,6 %), contre +0,9 % un an plus tôt ;

– Un recul du déficit des comptes publics, avec un solde budgétaire, base engagements, hors dons, à -0,3 % du PIB, identique aux prévisions de la revue, contre -3,8 % du PIB en 2017 ;

– Un repli du déficit des transactions courantes, avec un solde, dons officiels exclus, à 4,2 % du PIB, contre -4,8 % du PIB antérieurement prévu, après -4,5 % du PIB un an plus tôt ;

– Un léger redressement du taux de couverture extérieure de la monnaie à 59,7 % à fin décembre 2018, contre 60,7 % antérieurement projeté, après un taux de 57,5 % à fin décembre 2017 ;

– Une croissance plus importante des avoirs extérieurs de 19,9 %, au lieu de 16,3 % à la revue ; une hausse des créances nettes sur les États de 11,0 % à 3 063,4 milliards de FCFA, par rapport à leur niveau de 2017 (contre une hausse de 13,9 % à 3 133,6 milliards de FCFA précédemment anticipés) ; une progression des crédits à l’économie de 5,1 % plus faible qu’à la revue (+6,7 %) ; une expansion moins importante de la masse monétaire (+6,3 % contre +7,1 % anticipé antérieurement) ;

– Une relative stabilité des réserves en mois d’importations des biens et services à 2,6 mois, comme à la revue, après +2,7 mois à fin décembre 2017.

Au regard de la situation économique et financière qui ne s’améliore que très légèrement par rapport aux prévisions révisées et en droite ligne avec l’orientation stratégique de sa politique monétaire pour l’année 2018, la BEAC devrait maintenir une politique monétaire restrictive en vue de faire remonter les avoirs de réserves à un niveau adéquat, soit un taux de couverture des importations de biens et services et du service de la dette extérieure à court terme d’au moins trois mois.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here