Accueil GOUVERNANCE Joël Patient Tchoreret Mbiamany satisfait de son bilan à la tête de...

Joël Patient Tchoreret Mbiamany satisfait de son bilan à la tête de la SNLS

’Nous laissons une entreprise dix fois moins endettée qu’elle ne l’était avant notre prise de fonction’’. C’est par ces quelques mots, que l’ex directeur général, Joël Patient TCHORERET MBIAMANY (photo), résume son bilan, après près de 11 mois, à la tête de la Société nationale du logement social (SNLS), dans un entretien où il revient sur les grands chantiers engagés pour remettre la SNLS à flots, ainsi que l’avenir de cette société.

Monsieur le Directeur général, le Conseil de ministres du 16 novembre dernier a annoncé l’absorption de la Société nationale du logement social (SNLS) par la Société national immobilière (SNI). Comment avez-vous apprécié cette mesure ?

Joël Patient TCHORERET MBIAMANY : Nous prenons acte de la décision du Conseil des ministres de procéder à l’absorption de la SNLS par la SNI. Il semblerait que la dissolution de la SNLS répond à l’impératif de défaire l’Etat d’une entreprise qui devenait un boulet financier et politique.

Sur l’aspect strictement financier, la SNLS n’émarge pas dans le budget de l’Etat et ne coûte aucun sou à la Comptabilité publique. Nous soutenons que la SNLS ne constitue en rien un boulet économique et financier pour l’Etat.

Pour ce qui est de l’aspect politique, il s’agit d’éliminer la grogne des acquéreurs et des réservataires fasse au retard de la SNLS à livrer les logements attendus. Il est alors soutenu que le transfert du délicat problème de la livraison des logements transférée à la SNI, trouvera automatiquement son épilogue. Nous espérons que c’est pour le mieux que cette décision a été prise.

Quel bilan peut-on dresser de votre passage à la tête de la SNLS, notamment en termes de construction de logements, mais aussi de vos relations avec la tutelle et certains de vos usagers ?

Lors de notre prise de fonction à la tête de la SNLS, nous avons trouvé une entreprise éteinte. Sans jeux de mot, il n’y avait même pas d’électricité. Les comptes étaient au rouge et la SNLS était en situation de cessation de paiement. Les partenaires économiques et sociaux avaient perdu confiance en la SNLS. Nous avons redonné confiance aux partenaires économiques et sociaux.

De la même façon, nous avons mis en place, un plan de management efficace du projet ALHAMBRA et BIKELE de telle sorte que des maisons ont été achevées et nous avons réduit la dette de la société qui s’élevait à vingt milliard (20 000 000 000) de francs CFA en septembre 2017, à deux milliard six cent million de (2 600 000 000) francs CFA aujourd’hui. Nous avons établi une gestion harmonieuse de la cité ALHAMBRA, jusqu’à ce que nos actions soient suspendues. Nous laissons une entreprise dix fois moins endettée qu’elle ne l’était avant notre prise de fonction.

Notre plus grand réconfort est d’avoir entamé des travaux de VRD dans la cité ALHAMBRA et que pour ce faire, nous n’ayons utilisé les sous des loyers de cette cité. Nous avons fait renoncer les entreprises adjudicataires qui ont participé à faire échouer le projet de BIKELE. Nous avons renoué des liens de confiances avec toutes les Institutions Financières partenaire de la SNLS, tout comme nous avons reconstruit des relations de collaborations saines avec les bureaux d’Etudes et les Notaires.

Il faut ajouter à ce bilan le fait que nous avons signé des ententes de partenariat avec pour la construction des logements avec des investisseurs étrangers tel que HENAN GUOJI, GROUP PALACE, PARADIS WORD, MEGATRON etc.…

Nous avons aussi permis la création de 600 emplois de qualité, aménagé le tronçon de route de la Nationale jusqu’au quartier NZONG à BIKELE et mise en place une politique d’intégration des populations dans le patrimoine foncier de la SNLS, pour répondre aux vœux du Président de la République qui souhaite que pour chaque Gabonais, existe une terre pour construire sa propre maison.

Dans le même ordre d’idée, nous avons finalisé l’achat des terrains à BIKELE et à AGONDJE. Il faut rappeler, que les acquéreurs de ses terrains attendaient depuis plus de 4 ans de rentrer en possession de leurs biens immobiliers. Nous avons également finalisé le projet d’adduction en eaux et en électricité du site de BIKELE à nos propres frais, sans aucune aide alors que ce pan du projet était à la charge de l’Etat.

Au niveau interne, que peut-on retenir de vous ?

Au niveau interne, j’ai également engagé les mesures suivantes : redressement fiscal de la société ; versement régulier des salaires ; établissement des contrats de travail à chaque employé ; enclenchement de la régularisation des cotisations des retraites avec la CNSS ; mise en place d’une assurance complémentaire pour les salariés. Tout ceci a été fait en moins d’un (1) an sans assistance financière de l’Etat et du Gouvernement.

La SNLS a quand même des urgences, pouvez-vous les décliner ? Et en plus, quel est le sort réservé aux anciens employés de cette structure?

Les dossiers les plus urgents qui doivent être traités, sont ce qui concerne la livraison des logements aux acquéreurs et réservataires. Pour cela, nous prenons les mesures nécessaires pour que l’absorption de la SNLS par la SNI, se fasse dans les meilleurs délais.

Le deuxième dossier d’importance capitale concerne l’avenir des employés de la SNLS. Aujourd’hui, l’économie gabonaise peine à crée des emplois, et connaissant parfaitement la longue liste des plans sociaux qui ont conduit plusieurs de nos compatriotes sur le terrain de la déchéance, sans revenu, nous espérons que les employés actuels de la SNLS n’iront pas rejoindre les rangs de ces compatriotes malheureux.

Nous soupçonnons la grandeur d’âme et d’humanisme des dirigeants de la SNI qui ont sans doute saisi cette instruction du Chef de l’Etat de lutter contre le chômage, nous croyons fortement qu’ils feront le nécessaire pour garder l’ensemble du personnel de la SNLS.

Au terme de cet entretien …

Nous remercions les plus hautes autorités de l’Etat pour la confiance qu’elle nous a accordé en nous confiant les rênes de la SNLS, et nous remercions également chacun de nos collaborateurs pour le travail effectué toute au long de cette noble mission qui a été la nôtre.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here