Accueil HYDROCARBURES Les réserves de pétrole prouvées en CEMAC sont restées inchangées depuis 2007

Les réserves de pétrole prouvées en CEMAC sont restées inchangées depuis 2007

C’est ce que révèle le dernier rapport  de la Banque de Franc sur la zone franc publié au début de ce mois d’octobre 2018.

Dans ce contexte d’exploration limitée, les réserves de pétrole prouvées dans les pays de la Communauté économique des et monétaire des Etats de l’Afrique centrale (CEMAC) sont restées inchangées depuis 2007.

Elles s’élèvent, en 2017, à 0,2 milliard de barils au Cameroun, 1,6 milliard au Congo, 2 milliards au Gabon et 1,5 milliard au Tchad d’après la BP Statistical Review of World Energy de juin 2018. La part des réserves prouvées dans le total africain a ainsi diminué de 4 % en 2007 à 3,3 % en 2017.

Toutes choses égales par ailleurs, le ratio réserve sur production, qui mesure la quantité restante de réserves, était égal à 7,1 ans au Cameroun, 15,1 ans au Congo, 27,4 ans au Gabon, 15,2 ans en Guinée équatoriale et 39,7 ans au Tchad.

Au-delà des objectifs de gestion contracyclique des chocs exogènes liés à la volatilité des prix du pétrole, l’épuisement graduel des réserves régionales implique une gestion prudente de ces ressources non renouvelables à moyen et long termes. Les investissements des compagnies pétrolières sont essentiels afin d’accroître le rendement des puits actuellement exploités et d’explorer de nouveaux champs pétrolifères.

La nécessité de la diversification économique rapide des États de la CEMAC, associée à la constitution d’épargnes publiques suffisantes pour restaurer les marges de manœuvre budgétaires, apparaît incontournable.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here