Accueil AGRO Les chargeurs africains effraient le négoce du café Robusta

Les chargeurs africains effraient le négoce du café Robusta

Il n’y a quasiment plus de café Robusta africain disponible. Dans les pays producteurs -Ouganda, Cameroun, Côte d’Ivoire, Togo, ..-, il n’y aurait plus de volumes à embarquer et les stocks en Europe sont faibles et à des prix élevés, souligne un trader interrogé par CommodAfrica.

Il faut maintenant attendre la nouvelle récolte en 2019, avec un démarrage des embarquements en avril-mai et qui s’étalent jusqu’à juillet-août. « On trouve encore quelques cafés mais ce ne sont pas de grosses quantités et leurs prix sont élevés », précise-t-il.

La campagne achevée s’est plutôt bien passé mais il y a toujours le problème de traitement du café dans les origines. « C’est la différence avec le Vietnam qui, lui, est très équipé. Les infrastructures dans les pays africains du Robusta sont vieilles ; elles ne sont pas renouvelées car il n’y a pas les moyens financiers pour le faire », poursuit-il.

Quant à la prochaine récolte, on a encore peu d’estimations chiffrées, « mais la chose qui effraie tout le monde sont les chargeurs africains : savoir s’ils vont embarquer ou non le café. C’est d’ailleurs pour ça que la période est très courte, d’avril à août, car tout le monde veut charger au plus vite pour encaisser au plus vite. En outre, le café vieillit mal à l’origine, car c’est humide », note le trader.

L’Algérie continue d’être une destination importante pour le Robusta de Cote d’Ivoire mais également du Cameroun. Mais ce sont souvent de gros contrats, « passés d’un coup« 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here